réservoir à gaz , remplissage

Le chauffage de la chaudière avec un champignon est un peu désuet... A redécouvrir.
Et comment régler la flamme de ce champignon ? Comment remplir le réservoir ? ....

Cliquez pour agrandir l'image

En fin d'album, une petite étude qui montre qu'il n'est pas toujours nécessaire de construire un réservoir de grande capacité.

En fait, il est beaucoup plus rassurant de construire un réservoir qui va emmener exactement ce dont on a besoin et s'arrêter avant que le niveau d'eau critique de la chaudière soit atteint.
Cliquez pour agrandir l'image

l'ensemble

Le réservoir est un tube de cuivre avec deux fonds de laiton maintenus par une tige filetée; le tout brasé à l'argent.(sur le croquis, la brasage évident des écrous n'est pas indiqué)
Description:
. une vanne du commerce pour cette fois (STEAM le hobby) dont le volant a été modifié comme on le verra ci-dessous et dont l'étanchéité est assurée par un du téflon*
. deux valves de voiture : en haut, pour le remplissage, le ressort a été enlevé (la pression du gaz empêchera toute fuite  -si vous n'avez pas abîmé le tout petit joint); en bas,  sans changement (en appuyant sur la tige qui dépasse, on accélère la descente du gaz et quand le gaz liquide déborde, c'est que c'est plein, tout au moins à ras de cette valve)
. le champignon camping-gaz
Cliquez pour agrandir l'image
* Un peu pressé de terminer ma Taravana alias la Mancelle, je me suis dit que j'allais tout bêtement utiliser cette vanne ... plutôt que de la fabriquer !
Je démonte puis remonte sur le nouveau réservoir et ... FUITE !
Problème, cette vanne est une vanne VAPEUR et non une vanne à GAZ. Bien sûr, il y a quelques années, j'avais réglé le problème en mettant du téflon en bande autour du filetage de la vanne et ça fonctionnait.
Probablement grâce à l'usinage extrêmement précis de STEAM. Mais plutôt que de compter sur sa "bonne étoile"", il vaut mieux usiner la vanne suivante ... quelques heures et on obtient quelque chose de fiable.


Avec en plus un petit truc pour obtenir, du premier coup l'étanchéité du robinet en position de fermeture.


Cliquez pour agrandir l'image

vanne-gaz 


Quand, avec un outillage limité, on s'attaque à ce genre de fabrication, le problème rencontré, toujours le même, est celui de la concentricité.

Si, de plus, les capacités du tour ou les outils ne permettent pas de travailler l'inox, on se rabat sur le laiton, et là, ça coince, ou plutôt, en position de fermeture, ça ne coince pas ! ! ! Si on serre de l'inox contre le laiton, il y aura déformation de ce dernier et formation d'un "siège", ce qui n'est pas évident avec laiton contre laiton.

3 trucs pour se faciliter la vie :

1 . J'avais déjà réglé ce problème pour l'étanchéité d'un graisseur. La même idée est reprise : on perce à 3 et on positionne un petit tube de  cuivre recuit de 3 x 2 que l'on soudera à l'étain ou, mieux, que l'on brasera. Même le laiton y formera son siège ! Quelques tours en forçant et l'étanchéité est trouvée ...

2 .Pour enfiler facilement les joints toriques, prévoir un épaulement à 45 °. Les joints glissent facilement et on peut toujours reprendre ensuite pour supprimer ce chanfrein.

3 .La soudure à l'étain n'est pas recommandée pour un réservoir de gaz où règne une pression assez forte. On peut cependant l'utiliser comme agent d'étanchéité en raccordant au préalable les pièces par taraudage et filetage. 
Cliquez pour agrandir l'image
les 3 pièces obtenues

modifications apportées au champignon

Un mode de chauffage un peu désuet mais qui me satisfait.
Bernard RETIF le préconisant pour le GULNARE, je l'ai mis à toutes les sauces.

Cliquez pour agrandir l'image


On commencera par scier en 1 et 2.
Cliquez pour agrandir l'image

On obtient quatre éléments : le champignon dont on a gardé un bout d'alimentation de 4 ou 5 mm,  le tube d'alimentation avec ses prises d'air, le support du gicleur dévissé et la vanne qui pourra servir pour un montage permettant le remplissage du réservoir.
Cliquez pour agrandir l'image
En 1, le champignon qui s'emboîtera simplement sur le coude de 4 brasé sur un tube de longueur approprié avec un autre embout pénétrant dans 2, porte gicleur, dont on aperçoit le filtre. Cette dernière pièce a été percée de 3 trous qui ont été filetés (M 1.6).
Cliquez pour agrandir l'image
l'ensemble
Cliquez pour agrandir l'image
Ci-contre, une rondelle de laiton avec épaulement pour la brasage sur l'arrivée de gaz du réservoir: fixation par vis M 1.6. Entre 2 et 3, un joint en téflon ou de la pâte à joint "bleue".
Visser.
On peut cependant tout construire : voir l'album
Cliquez pour agrandir l'image

pour enlever facilement le ressort de la valve

Il faut avouer que ce n'est pas facile de maintenir la valve pendant qu'on veut enlever avec une épingle dont le bout a été recourbé le petit ressort! Les doigts en prennent un sacré coup et le rendement est bien peu satisfaisant. Voici comment j'ai réglé le problème.
1 - glisser une pince dont la partie supérieure a été modifiée comme en 3 (échancrure obtenue à la lime ronde)
2 - en lâchant la pression de la pince, l'axe de la valve autour duquel se trouve le ressort sort; il n'y a plus qu'à ...

Et comment se passer de cette "corvée" ?.

en n'enlevant pas ce ressort. Et ça  fonctionne !
Merci à Philippe de me rappeler ce truc important pour mon tuyau de pipe et que j'avais oublié de placer ...



pour obtenir un débit de gaz prédéfini

Cliquez pour agrandir l'imageLe problème avec la chauffe par champignon de camping-gaz, c'est que son réglage n'est pas aisé.
Je ne sais pas si ma théorie est exacte, mais il me semble qu'on modifie la surface de chauffe de la chaudière en augmentant ou en diminuant l'ouverture du gaz donc la largeur de la flamme.N'hésitez pas à me contredire et à m'expliquer : je ne suis qu'un éternel débutant !

Aussi, quand la bonne valeur d'ouverture est trouvée sur le banc d'atelier, il est intéressant d'arriver à la même valeur en navigation. Et ce n'est pas facile si on se contente, après l'allumage, d'apprécier à l'oeil la corolle de la flamme.

Aussi, pour obtenir toujours le même réglage, voici un petit montage:
. sur la vanne du réservoir, placer un guide dans lequel glisse une grosse épingle courbée (penser à une carabine);
. découper le capot pour que l'ensemble puisse pivoter et placer une butée mobile qu'on ajustera suivant la flamme qu'on veut obtenir.
Fonctionnement:
. épingle rentrée, allumer le champignon
. ensuite, on sort l'épingle qu'on plaquera contre la butée et on obtiendra la flamme souhaitée.

réglage sur le banc

Cliquez pour agrandir l'image
C'est à ce stade qu'on repère la meilleure flamme.
Il faudra cependant tenir compte des différences obtenues en navigation pour ajuster, si nécessaire, l'ouverture de gaz et donc régler en conséquence la butée.

remplissage du réservoir

Cliquez pour agrandir l'image
Encore un petit truc connu mais pour lequel j'ai longtemps cherché l'application aux cartouches du commerce.
On visse tout simplement un embout sur le sommet de la vanne dont on a scié la partie contenant le gicleur (ce qui nous reste du précédent sciage - on rentabilise !).  La photo explique la forme de cet embout.
Ici un "gros"" modèle de recharge.
Cliquez pour agrandir l'imageSur l'embout, on enfile le tuyau transparent d'une bombe anti-crevaison.

Il suffit de retourner et de fixer l'extrémité sur la valve du réservoir (celle dont on a enlevé le ressort) et d'ouvrir la vanne. Un petit coup de pouce sur l'autre de temps en temps pour réduire la pression générée par le gaz dans le réservoir, et ça se remplit gentiment.

Quand ça déborde,le réservoir est plein.

* pour ceux qui ne connaissent pas, le ressort de cette valve s'opposerait à l'écoulement du gaz. Par contre, la pression du gaz descendu à l'intérieur du réservoir va plaquer cette valve et la rendre étanche (le tout petit petit joint !) quand on enlèvera l'embout de recharge.

En fait, je ne vais jamais jusqu'à cette extrémité, mes réservoirs étant trop grands (on fait avec les tubes qu'on trouve), je compte lentement jusqu'à 15 par exemple pour avoir 15 minutes de chauffe ... Bizarre, mais ça fonctionne, un peu ... comme on dit ici.
Cliquez pour agrandir l'image
approchez l'embout de la valve dont on a enlevé le ressort de l'obus
Cliquez pour agrandir l'image
visser - s'il reste un peu de gaz dans le réservoir ça s'entendra et se sentira !
Cliquez pour agrandir l'image
pour accélérer la descente du gaz on peut appuyer sur l'obus qui dépasse

amélioration

Le problème lorsque la cartouche (fixée sur une ancienne lampe à souder) est à moitié vide est qu'il faut la pencher pour obtenir l'écoulement du gaz liquide.
Et, en la penchant on a toutes les chances de provoquer des fuites , soit à la sortie  soit au raccord.
Petit truc tout simple : prévoir dès le départ cette position.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage fait rapidement pour vérifier (pas bien joli mais ça fonctionne !) : la courbe est obtenue par un gros fil de fer, le tube est fixé par du fil de laiton.
Cliquez pour agrandir l'imageEt cette fois le remplissage s'effectue sans aucun problème.
Une opération qui n'est pas dangereuse mais qu'il vaut mieux effectuer à l'extérieur et sans fumer. Une des rares occasions où j'abandonne ma pipe !
Cliquez pour agrandir l'image

l'embout de remplissage

Philippe DAUBUISSON vient de me donner une idée géniale : utiliser un embout de gonflage pour pneus que l'on trouvera au rayon des accessoires pour compresseurs dans les magasins de bricolage !

Plus d'achat ou de récupération de bombe, pose facile , pratiquement plus de sortie de gaz lorsque sort l'embout : un plaisir.

un embout de remplissage pour une cartouche de type "camping-gaz"

Une méthode plus simple pour obtenir un embout à visser sur le robinet d'une cartouche camping-gaz : robinet récupéré sur une lampe à souder qui ne donnait plus satisfaction.
Cette fois, pas de perçages précis délicat : on se sert tout simplement du taraudage qui permet de fixer le brûleur de notre lampe à gaz : pas de 10 x 1.
Les cotes ne sont pas critiques, seul le filetage est important.

Au montage, un joint torique et un peu de téflon.
Au remplissage, il faudra pencher la cartouche une fois l'embout de bombe de crevaison vissé sur la valve de pneu qui coiffe le réservoir pour que le gaz s'écoule dès qu'on en a épuisé la moitié.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

un mini-réservoir



Celui qui a été décrit en début d'album est gigantesque par rapport à celui-ci ... Construction avec sa vanne dans l'album accessoires 2 
mini-réservoir et sa vanne - 3 -

un autre réservoir de petite taille

Il est tout petit et ne peut embarquer que quelques grammes de gaz ! Et pourtant il suffit à chauffer une chaudière et à assurer le fonctionnement d'un véhicules pendant 5 minutes tout en ne faisant évaporer que 40 cl d'eau en moyenne alors que le niveau critique n'est atteint qu'après ka consommation de 58 cl.

Cliquez pour agrandir l'image

calculs

Cette méthode a été découverte dans un document de Léonard Suykens qui établit un rapport  entre le poids du gaz à embarquer et le poids d'eau à évaporer.
Ce rapport est de 1/10ème.
Application au réservoir du triporteur :
Le poids d'eau à évaporer  est égal au volume total de la chaudière dont on déduit le 1/4 supérieur (remplissage au 3/4 vérifié par une virole) et la garde à préserver en fin de chauffe.

Dans cet exemple, l'eau à évaporer ne représente plus que 58 cl.

En appliquant le rapport, il faut embarque 58 : 10 = 5.8 grammes de gaz.
Le poids du butane (nos petites bouteilles de remplissage) est de 0.5 kg / dm3 , ou encore 1 gramme de gaz occupe 2 cm3.

Le remplissage du réservoir doit se faire à 80% au maximum, mais par commodité de calcul je préfère un remplissage à 75%.

5.8 grammes occuperont donc 11.6 cm3 et le réservoir doit avoir une capacité de 11.6 x 100 / 75 = 15.46 cm3.
Si on utilise un tube de 23 x 24 (surface en bout de 4.15 cm²), il en faudra une longueur de 15.46 / 4.15 = 3.72 cm arrondis à 4 cm.
Cliquez pour agrandir l'image

En partant des de ce résultat , on peut dessiner notre réservoir.

D'abord calculer la hauteur intérieure de notre valve de trop plein : celle qui se met à lâcher du gaz liquide dès qu'on arrive à son niveau puis celle de la vanne de remplissage plus courte ainsi que celle de la vanne.

Le système de remplissage n'est pas évident surtout quand on n'enlève pas le ressort de l'obus de remplissage. Mais avec l'habitude on arrive à "caser" au moins 5 grammes de gaz.
Visser l'embout, ouvrir le robinet de la bouteille, et, quand le gaz arrête de disparaître dans le réservoir et qu'il en reste 2 ou 3 cm dans le tube transparent, fermer le robinet et attendre. Le gaz continue à descendre lentement ... Petit coup sur l'obus de la valve de trop plein et on peut enlever l'embout. Petite pesée sur la balance ...


Cliquez pour agrandir l'image

.

album terminé

Des erreurs ? Des commentaires ? Des questions ?  ...  écrivez-moi


Copyright (C) 2008-2018 Tous droits réservés.albums mis à jour le : jeudi 13 décembre 2018