L'album de Louis Pierre

Louis-Pierre s'est lancé un défi comme je les aime : l'équipement d'une toute petite embarcation d'un moteur à vapeur.

Et, à lire la documentation qu'il m'envoie, on voit qu'il n'y a rien d'incongru dans cette démarche car ce voilier de travail fut effectivement équipé d'une machine à vapeur ...

L'album comportera trois volets :
. le premier sera un historique des ces bateaux remarquables
. le second traitera de la construction de l'embarcation et ceux qui aiment les belles maquettes seront ravis
. le troisième montrera sa motorisation

1 - historique

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Le chalut à perche.
Quelques informations sur ce côtre-dundee :

Nom : BARR-MOR (coup de mer)
Immatriculation : quartier maritime de Concarneau (CC)
Gréement initial: Côtre-dundee 170 M²
Jauge: environ 40 tonneaux
Longueur coque : 14 mètres
Maître-bau: 5 mètres

Période: fin XIX° - début XX° dans sa forme voilier avec voûte arrière  (cul-de-poule).
Type de pêche: thon (2 tangons armés de 7 lignes chacun) ou chalut de travers (à perche)
Propriétaire: soit le patron-pêcheur, soit un particulier pouvant en posséder plusieurs.

Les dundee pendant les guerres mondiales
Au début de la 1ère GM, les marins ont été mobilisés comme tout français. Mais face au besoin d'approvisionnement de la population, ils reçurent l'autorisation de reprendre la mer. Au départ, la pêche fut menée de façon individuelle, laissant ces bateaux à voile
sans défense face aux sous-marins allemands qui les détruisaient au canon. Ils se regroupèrent alors pour pêcher en meute sous la protection de quelques bateaux de travail un peu plus gros armés de canons de 75. Cela améliora la sécurité. Mais au bilan, le tribut payé fut lourd: plus de 250 voiliers envoyés par le fond.

Pendant la 2ème GM, le contexte était tout à fait différent, nos côtes étant occupées. Nombre de ces voiliers transformés à la vapeur dans l'entre-deux guerres, se réfugièrent en Angleterre où la plupart furent mis sous le commandement de la Navy. Prenant des risques énormes, ils assuraient la récupération des pilotes tombés en mer ou sur les territoires occupés. Ils passaient des résistants dans les deux sens et menaient des missions d'espionnage des côtes occupées.

Evolution générale vers la vapeur :
Elle est utilisée dès le début XX° en Angleterre d'abord, puis en France, sur des chalutiers de plus grande taille. Construction en bois, mais le plus souvent en acier.
La propriété est alors détenue par des sociétés, les besoins en capitaux étant beaucoup plus importants.
Ces vapeurs destinés à la pêche en haute mer, vont cantonner les bateaux
de travail à voiles à la pêche côtière.

Evolution du côtre-dundee de la voile vers la vapeur :
Une partie des propriétaires feront l'effort de repenser leurs habitudes de travail. Les autres désarmeront tôt ou tard. Cette situation sera commune aux côtes atlantiques de l'Europe.

La pure merveille de la voile qu'était le côtre-dundee va se transformer en modèle bâtard.

Voilure et mâts de la proue à la poupe :
. suppression du bout-dehors et des clin-focs: on ne garde qu'un foc d'appui.
. suppression des voiles de grand mât. Le grand mât est raccourci d'un grand tiers ;la bôme devient mât de charge.
. le mât arrière (mât de malet) est conservé tel quel (parfois un peu avancé) et supporte un tape-cul (en houari)

Superstructures du pont :
. installation d'une timonerie avec barre à roue
. installation d'une machinerie
. installation d'un treuil de pêche
Ces nouvelles structures vont prendre une place considérable au niveau du pont, mais aussi à l'intérieur où il faudra loger les machines, l'eau et le charbon.

Avec une place comptée à bord, l'autonomie devra tenir compte des distances pour se réapprovisionner que ce soit sur les côtes françaises ou anglaises.
L'équilibre du bateau en pêche se fera essentiellement à la voile.
Il semble que le projet n'ait pas été viable et signera leur disparition pour l'essentiel à l'aube de la 2ème GM.


2 - construction de la maquette

Plan : Amis du Musée de la Marine au 1/25ème, soit:
Longueur coque: 56 cm.
Maître-bau: 20 cm.
Coque en poirier et pont en tilleul.
Etanchéité intérieure : colle blanche et sciures fines (2 couches)
Peintures : antirouille fer
Etanchéité extérieure : G4 primaire PU pour bois.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
plan 1 : les couples
Cliquez pour agrandir l'image
plan 2 : le projet
Cliquez pour agrandir l'image
plan 3 : le pont
Cliquez pour agrandir l'imageL'ossature du bateau avant calage et équerrage des couples.

Une bonne partie des "barrots de pont" disparaîtra ultérieurement au profit d'une partie amovible.

Je les laisse pour l'instant tant que la coque n'est pas lattée.
La coque est bordée en poirier. Pour l'instant, elle a un rendu de coque à clins. Avec 3mm, j'ai de la marge pour le ponçage.

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'imageAvant d'entamer les parties fixes du pont, j'ai passé trois couches de mixture pour solidifier et étanchéifier l'intérieur : mixture  de colle blanche allongée d'un peu d'eau et mélangée à de la sciure.
C'est une solution qui paraît efficace.

J'en ai profité pour loger entre les couples 2 et 3 un lest en fonte.
Cliquez pour agrandir l'imageLe pont "fixe" est recouvert par des lattes de tilleul.
Cliquez pour agrandir l'image
Vue du profil avec le pavois  montrant la tonture du chalutier.
On aperçoit la superstructure "pont amovible" indispensable pour loger le moteur à vapeur.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Vues de la timonerie et autres "cages à poules"
Bien sûr, la finition est à faire.... çà fait partie du plaisir !!!


Cliquez pour agrandir l'image


le gouvernail
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
L'arbre-huileur :
celui acheté était trop long. Pour récupérer le 2ème palier, j'ai coupé et retiré le surplus.
Pour unir les 2 morceaux, une bague d'arrêt repercée en 6mm.
Une récupération de frigo pour cet huileur ; le tout brasé à l'argent, brossé et passé dans un bain d'acide chlorhydrique à 25%.

La macro photo montre les imperfections à reprendre.
Le palonnier :

il manque le tube d'étambot, mais on peut voir le palonnier amovible.
Sur la photo suivante (BM 12), il y a au premier plan les 2 rondelles silicone (emporte-pièce) à monter.
Des couleurs:
  • bleu breton pour le pavois avec pose de 2 lisses l'encadrant (pas terminé).
  • noir mat pour les oeuvres vives (comme du goudron)
  • entre les 2, le bois restera naturel.

Ces 2 peintures sont des antirouilles. Tels celles fréquemment utilisées sur les bateaux de pêche (dans notre jeunesse).

L'ensemble du bateau sera protégé et étanchéifié au vernis polyuréthane.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Les couches de vernis G4 (qui est une primaire d'accrochage pour la fibre de verre) imperméabilisent la coque.
Elles forment une protection très dure avec un vernis légèrement ambré.

C'est bien sûr une finition inhabituelle pour un chalutier, mais qu'importe !!!
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image


Quelques images avec le filet à perche (à l'identique).

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Le tape-cul gréé est lie de vin.
Le foc ferlé est cachou.


Pour faciliter le transport, j'ai rendu les mâts amovibles, les haubans sont confectionnés avec de l'élastique rond gainé de coton (teinture).
Ils sont fixés à un anneau passé en t^te de mat. Il est donc facile de retirer l'anneau de son logement pour sortir les mats de leur emplanture. »»
Cliquez pour agrandir l'image

3 - motorisation

la chaudière et ses accessoires

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
J'ai soudé à l'argent par l'intérieur en chauffant le tube par l'extérieur. C'est un peu long.

Je vérifierai les alignements des tubes.
Je vais préparer maintenant les 2 flasques avec la tige filetée.
Voici la chaudière avec comme seules pièces soudées, les tubes réchauffeurs.
J'ai mis en place le circuit de réchauffage de la vapeur en dehors de la zone de chauffe pour ne pas en réduire la surface.
L'admission sera en tuyau cuivre 3x2 et l'échappement idem en 6x4. Provenance frigo.

Les bagues d'étanchéité seront en Téflon un petit peu rigide découpées à l'emporte-pièce.

Le distributeur est tiré d'une barre de laiton 7x7:
= face inférieure percée en 4 pour souder un tube 4x2 manchonné par un tube 6x4 soudés entre eux.
= face section percée en 4 pour le manomètre.
= face supérieure percée en 4 pour la valve pression et en 3 pour le tuyau d'admission.
= face section percée en 4 pour la vanne d'arrêt de l'admission vers moteur.

Toutes les soudures sont à l'argent (la technique commence à venir)
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image



J'ai aussi fait un huileur : tube de 14/12 renforcé en bas par un tube de 12/10 sur 1 cm. pour supporter  l'alésage en 4 de la vidange.
Un fond pas cher et efficace: 1 centime d'euro.
Le trou de la voie vapeur est en 0.8.

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

projet de vanne

Cliquez pour agrandir l'image

début de l'enveloppe

face coulissante
Cliquez pour agrandir l'image
face ouverte
Cliquez pour agrandir l'image
face aveugle
Solide (tôle d'acier de 0.8 - soudure à l'arc), elle laisse un espace de 2 à 2.5 cm. sous les tubes bouilleurs.
Je compte 1 cm. pour le brûleur (tube 8x6 + 1 mini espace de 2mm), il restera de 1 cm (partie basse des TB) à 1.5 cm (partie haute des TB).

Pour le volet coulissant, une fine feuille de laiton pliée en 2 qui  coulisse sur les retours du bâti.

le brûleur

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

superstructures et cale : aménagements

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

  • la préparation de la cale pour la machinerie.
  • mise en place du lest de plomb collé au mastic résistant aux
hautes températures et à l'humidité.
  • petites planchettes support au ras des couples
  • une feuille de laiton rentrée enroulée, prenant la forme exacte en se déroulant.
Cliquez pour agrandir l'image








J'ai continué l'aménagement de la cale par la mise en place des platines de maintien de la chaudière et du réservoir à gaz

porte-gicleur

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

réservoir de gaz


réservoir gaz RG1 avec sa vanne  d'arrêt à volant à 2 centimes.

A droite, la valve de remplissage (valve auto laissée telle quelle ). 
Cliquez pour agrandir l'image




brides rondes


Ou comment en obtenir à partir de pièces de monnaie ... 
Cliquez pour agrandir l'image

modifications


Une telle réalisation suppose des adaptations en fonction de difficultés rencontrées pour caser telle ou telle chose ...

Cliquez pour agrandir l'imageLa semaine passée, j'ai dû me pencher sur le problème de la superstructure amovible, l'initiale se révélant trop basse à certains endroits. J'ai pu "sauver" la timonerie qui a été reculée, le reste est new dont la cale à poissons faite d'une tôle vieillie au feu et aux acides.
Elle s'ouvre pour accéder aux points de remplissage et de trop-plein.
De plus, elle peut être maintenue fermée ou ouverte dans plusieurs positions pour l'aération.

Ou encore avec ce mano où je gagne 1,5cm en hauteur et une sortie latérale qui me dispense d'avoir une courbe du tuyau.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Album en construction.

.



Copyright (C) 2008-2018 Tous droits réservés.albums mis à jour le : jeudi 13 décembre 2018