un cargo mixte : le FAAROA ex-MERSEY

Cliquez pour agrandir l'image

Le FAAROA est  pour la coque, une copie au 1/30 ème,  du chalutier MERSEY. Ne possédant pas de documentation suffisante pour l'équiper pour la pêche, je l'ai transformé en cargo-mixte, tel qu'on en rencontre chez nous et qu'on appelle encore des "goélettes", souvenir du temps de la voile .... Il est né en 2006.
Cliquez pour agrandir l'image
Le plan au 1/50ème vient de chez MRB (réf: 247).Les couples ont été agrandis à la photocopieuse.
Cliquez pour agrandir l'image

Retour du "motu".
Cliquez pour agrandir l'image

coque et superstructures



Une construction classique mais malheureusement pas à la portée du débutant car le plan de MRB serait à revoir surtout pour le tracé des couples.

Ces derniers, c'est visible, ont été retracés  la main et de ce fait, ce n'est pas très net !

Cliquez pour agrandir l'image
Le moteur est fixé sur une arête en alu qui permet de baisser au maximum le centre de gravité.

Il s'agit du moteur oscillant que vous retrouverez ci-dessous.

Le choix de la hauteur de l'arbre avait était fait après un traçage sur le plan. Si on trouve un petit écart lors du montage, cela se réglera avec le cardan décrit dans "trucs et astuces - techniques vapeur".
moteur oscillant de 3.6 cm3
Cliquez pour agrandir l'image
On obtient une coque sympathique. Les trous sur les côtés sont les sabords qui seront ensuite obturés  de l'extérieur.

Deux parties délicates: la proue qu'il faut obtenir presque tranchante (enduit à deux composants) et la poupe, évasée (gabarit en carton, CTP de 1 mm imbibé d'eau, mis en forme, et laissé séché longuement).
Peinture à la bombe.

Après un dernier passage au papier de verre 400 ou 500, coup de bombe de produit automobile pour la rénovation des plastiques: une excellente protection contre l'eau de mer; il suffit après une navigation d'un coup de chiffon puis, si nécessaire d'une nouvelle pulvérisation).
Cliquez pour agrandir l'imageLes éléments sont prêts :

. la  coque qui a été intérieurement enduite d'un produit imperméabilisant le bois dans la construction navale grandeur.
. les superstructures en une seule pièce et qui s'enlèvent pour accéder à la machinerie. Il faudra obtenir un support (CTP de 3 mm) qu'on collera sur des faux barrots ayant  le bouge du pont.; sur la photo on voit nettement la tonture qui est obtenue par deux baguettes de CTP découpées à cette forme. Cet ensemble, qui doit s'ajuster parfaitement à l'ouverture réservée dans le pont, lui devient solidaire grâce à deux taquets situés à l'avant.
. la machinerie

le groupe vapeur

Cliquez pour agrandir l'image
Implantation de la machinerie dans la coque. Elle sera simplement fixée par une vis traversant "l'arête" .
On allume le champignon avec un bout de mèche à lampe à pétrole enfilé sur une tige métallique et qu'on a trempé dans l'alcool à brûler. Puis on place le capot protecteur qui tient avec deux  profilés dont une partie pivote sur un côté plié . Il ne reste plus qu'à régler la flamme du champignon et à placer les superstructures.
chauffage avec champignon
Cliquez pour agrandir l'image
Une autre vue du moteur.
Pour ce dernier, j'ai utilisé mon stock d'accessoires achetés il y a bien longtemps: vanne vapeur et raccords à pas anglais. Depuis, et vous ferez de même j'en suis certain, je fabrique tout moi-même.
Cliquez pour agrandir l'image
La chaudière toute simple avec ses tubes et son champignon pour le chauffage. Pas de niveau pour cette dernière. Le remplissage se fait par le bouchon supérieur et un autre bouchon, placé au 3/4 de la contenance, indique quand il y a assez d'eau lors du remplissage..
chauffage avec champignon

quelques détails

Cliquez pour agrandir l'imageUne chaloupe en papier obtenue par moulage sur forme enduite de cire.
Cliquez pour agrandir l'imageUne autre vue de la chaloupe mais aussi de l'intérieur de la poupe.à la forme caractéristique.
Cliquez pour agrandir l'imagel'ancre: du CTP, du bois, et du fil de soudure.
Cliquez pour agrandir l'imageLa timonerie. Elle a été modifiée par rapport à celle du MERSEY en agrandissant de chaque côté la passerelle.
les bouées : câble électrique mis en forme et soudé à l'étain; collant d'électricien rouge.
la cheminée: bombe de peinture remise au bon diamètre, soudée à l'étain et enduit pour métaux, avec cerclages en laiton.
les manches à air sont fonctionnelles.
Derrière la timonerie, on aperçoit un des escaliers: soudé sur les rambardes, il fait partie intégrante du bloc central et son pied vient se poser sur le pont lors de l'emboîtement.
construction de manches à air en papier
Cliquez pour agrandir l'imageLes cabines de l'arrière et la cuisine d'où sort le ... coq.
Tous les hublots sont ouverts (chaleur et vapeur). Ils sont confectionnés avec des joints de plomberie qui forment la collerette; à l'intérieur, un bout de tube. Les fermetures sont en bristol.
Les rambardes sont "démontables".
rambardes
Cliquez pour agrandir l'imageL'avant avec son treuil.
Un autre charme de ces vapeur anciens: le haubanage. Ici, s'il est fixé sur le pavois, par contre il est démontable avec des crochets sur le haut du mât; donc préfabrication aisée.
Des personnages ont été ajoutés.
Cliquez pour agrandir l'imageLe treuil "à vapeur"non fonctionnel,  constitué de je ne sais combien de pièces. Je me suis inspiré de celui de l'AGGRIP et de photos glanées ça et là. Sur le MERSEY (tout au moins le plan) il n'y en avait pas ! Bizarre.

en navigation

Premiers essais.
Cliquez pour agrandir l'image
Bouée bien franchie.
Cliquez pour agrandir l'image
Retour vers la plage.
Cliquez pour agrandir l'image
En route vers le grand large ...
Cliquez pour agrandir l'image

album terminé ...

Des erreurs ? Des commentaires ? Des questions ?  ...  écrivez-moi


Copyright (C) 2008-2018 Tous droits réservés.albums mis à jour le : jeudi 13 décembre 2018