Locomotive la BELLE Taravana

Une petite loco de service en voie de 32 ...

Cliquez pour agrandir l'image

En partant des résultats obtenus avec le Roquet, un essai de construction de machine de service en voie de 32 : comme sur le Roquet, entraînement direct de l'essieu moteur pas de démultiplication.

La forme générale a pour inspiration le modèle de COLIN Billie. Par contre comme pour tout modèle Taravana qui se respecte, il y a des modifications ...

Cliquez pour agrandir l'image

présentation générale




Voici le premier dessin mais cette petite loco devient un sujet intéressant qui permet, au fil de la réalisation, d'envisager d'autres options et présentations :

Version 1 (V1) - la première envisagée, celle du croquis de base : un modèle compact avec réservoir de gaz intégré et radio-commande pour l'inverseur ...
Version 2 (V2) - la seconde où on obtient une version mécanique pour l'inverseur, ce qui permet en supprimant le servo de placer un réservoir plus long avec une autonomie accrue ...
Version 3 (V3) - la troisième où, tout en gardant le servo sur la loco, on place le réservoir, la batterie et le récepteur dans un wagon ...

On a vraiment le choix !

sommaire de l'album


Pour vous aider à vous retrouver dans les versions imaginables.




A - les roues (V1 - V2 - V3)
B - le châssis : ouvertures à modifier selon V1, V2, V3
C - enveloppe de chaudière (V1 - V2 - V3)
D - diagramme de distribution (V1 - V2 - V3)
E - moteur (V1 - V2 - V3)
F - avant les essais (V1 - V2 - V3)
G - inverseur (V1 - V2 - V3)
H - radio commande (V1 - V3)
I - chauffage au gaz (V1-V2-V3) mais réservoir V1 seulement
 
J - chaudière et accessoires (V1-V2-V3)
K - commande mécanique pour V2
L - accessoires (V1-V2-V3)
M - reprise des essais en V1
N - carrosserie pour V1 ou V3
O - wagon pour V3
P - essais en V3
Q - version 2
R - essai final

Cliquez pour agrandir l'image

A - les roues

Les roues proviennent de l'Atelier vaporiste : Référence SV20W3 de chez Sierra.
Des roues de 30 dont on enlève la bague caoutchoutée pour trouver un trou central de 6.5 de diamètre.
Cliquez pour agrandir l'imagePercer une tôle de laiton de 0,5 d'épaisseur avant de procéder au traçage.
La bague usinée à diamètre 6.5 doit y entrer facilement.
Cliquez pour agrandir l'imageLes pièces pour un essieu.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage sur la roue.
A droite, assemblage soudé à l'étain.
La soudure a été réalisée sur la roue, il vaudrait mieux la réaliser sur un plat de laiton de la même épaisseur et percé à 6.5.

Pour le perçage de 2.5 (maneton) à 8 de l'axe de l'essieu, bloquer cet assemblage, retourner la roue et percer dans un des 6 trous de la roue à 2.5 : espacement garanti.
Cliquez pour agrandir l'imageDeux roues terminées.
Si on veut faire des plats (les décaler de 90°) sur l'axe en laiton, il faut que la vis de blocage soit dans l'alignement du maneton afin d'obtenir un bon calage.

Pour les rendre plus agréable à regarder, les 5 autres trous sont repercés à diamètre 5.
Cliquez pour agrandir l'image

la cote de 32

Certes c'est la bonne mais il s'agit de l'écartement intérieur de rails.Et quand on fait des essais sur un circuit circulaire de petit rayon, il est nécessaire de réduire cette cote à 31, sinon cela apporte un freinage important.
J'ai trouvé tardivement sur le Net ce croquis qui confirme ce choix. Mesurer la cote de 28 est d'ailleurs bien plus facile ...
Cliquez pour agrandir l'image

B - le châssis

Il s'agit du châssis de base et il restera encore bien des ouvertures ou trous à percer ...
Il est tiré de tôles d'alu de 2 et 4 d'épaisseur. Pour obtenir un bon montage, il est nécessaire de soigner les équerrages des éléments du bâti épais de 4 .

Cependant il est suffisant pour un premier montage des essieux  et l'essai des coussinets auto-lubrifiants (si la résistance au roulement était trop forte, il faudrait les remplacer par des roulements à billes).
Cliquez pour agrandir l'imageMontage du plancher terminé. Ce plancher déborde de 0.5 mm aux extrémités pour offrir un aspect bien net à l'assemblage.
On peut s'éviter bien des tracas, en positionnant le plancher et en le vissant à l'avant ; vérification de l'équerrage général, traçage de l'emplacement des trous des autres vis ; blocage ; perçage avec le foret à centrer pour marquer sur le bâti les trous à percer à 1.6 et fileter à M2.
Cliquez pour agrandir l'imagePerçage à 1.6.
Pour le taraudage, serrer le bâti dans un étau bien lourd qu'on peut d'ailleurs maintenir avec un serre-joint.
Repercer les trous du plancher à 2.2 avant assemblage.
Cliquez pour agrandir l'imageReprise des coussinets qui sont trop longs.
Plutôt que de les diminuer en longueur au tour (pas facile à maintenir), on peut le faire à la fraiseuse. La partie diminuée devra venir tangenter le bâti.
Avant de les présenter, reprendre le trou de 6 à la main avec un foret de 8 car le coussinet ne présente pas d'angle vif.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage des essieux.
On placera le plancher puis on fera rouler à la main.
Reprendre un peu l'essieu en laiton avec du papier de verre de 500 et rouler ... On obtient finalement un excellent déplacement.

C - enveloppe de chaudière

Cliquez pour agrandir l'imageElle est supposée concentrer la chaleur sur le corps de la chaudière. Il faut la réaliser dès maintenant afin de voir qu'elle incidence elle aura sur la mise en place de l'inverseur et du graisseur.

Tôle d'alu de 2 d'épaisseur et tôle de 0.3 environ récupérée dans une boîte de lait.
Cliquez pour agrandir l'imageDécoupage à la scie fine puis ajustage du tube à la lime.

Le support arrière sera diminué de 4 mm pour la passage du brûleur.
Cliquez pour agrandir l'imageDécoupage aux ciseaux.
Percer les trous de 2 (fixation) avant le pliage à l'étau.
Cliquez pour agrandir l'imageLe tube doit entrer aisément.
Fixation par des vis M1.6.
Le traçage des trous sur les support a été exécuté par superposition.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage en glissant l'enveloppe dans la fente découpée sur le plancher.
Cliquez pour agrandir l'image
Les trous (allumage, prise d'air) peuvent être percés avant le pliage ou après.
Sans celui de l'allumage, impossible d'allumer par le dessous, sans ceux d'aération, le brûleur s'étouffe. On peut aussi surveiller plus facilement le réglage de la flamme.
Cliquez pour agrandir l'image
Par la suite, il faudra reprendre la base pour qu'elle pose bien à plat en pratiquant des encoches pour le passage des têtes de vis maintenant le moteur.
Ici par encore de trous d'aération sur cette photo .

dernières améliorations

Elles vont consister à cacher l'espace libre entre les caissons et le châssis mais aussi assurer le maintien horizontal de la chaudière.
On utilise de la tôle de 0.3 et on se sert des vis qui maintiennent l'enveloppe aux extrémités pour la fixation de ces élément.
Les trous sont percés à 2.5 pour se donner du jeu pour le réglage qui se fera sur le châssis.
C'est une opération qui peut se réaliser tout à la fin de la construction.
Cliquez pour agrandir l'image
gabarit avant
Cliquez pour agrandir l'image
gabarit arrière
Cliquez pour agrandir l'image
fixation par écrous
Cliquez pour agrandir l'image
enveloppe terminée

D - diagramme de distribution et gabarit

Cliquez pour agrandir l'image
Avant de commencer les dessins du moteur, il est essentiel de réaliser ce croquis.

Il est toujours basé sur le même critère : obtenir une fermeture totale ne dépassant pas 0.5 mm.
Pour obtenir cette fermeture, les trous d'admission et d'échappement auront un diamètre de 3 mm tandis que celui du sabot sera de 1.5.

On peut d'ailleurs dès maintenant se confectionner un gabarit qui pourra servir aux différents perçages et aux vérifications de l'alignement entre l'axe des roues et l'axe du moteur cette fois à 180°.
Il est plus facile de refaire un gabarit que d'usiner à nouveau une glace ou un sabot mal percés !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

E - moteur : glace, sabot, liaisons


Une solution simplifiée pour obtenir la circulation de la vapeur tant à l'admission qu'à l'échappement : deux entretoises percées seront soudées en bout de la glace en agrandissant les trous de 3 à 4.

Pour les entretoises, deux solutions : du rond de 5 ou du rond de 6.
Le rond de 5 est parfait car les ronds vont se toucher mais ils n'offrent pas assez d'épaisseur pour braser les tubulures ou très peu ...
Alors le choix de rond de 6 est meilleur mais il faudra réaliser sur chaque rond un plat à la fraise pour qu'ils prennent leur place ...
Les trous pour la brasure des tubes de 2 x 3 sont décalés : l'un sera dirigé vers l'avant et l'autre vers l'arrière.

La glace est tirée de plat de 6.
On commencera par percer le trou de 3 devant recevoir le pivot du sabot puis on continuera avec les trous de diamètre 2.5 sur une profondeur de 29.

les glaces

Cliquez pour agrandir l'imagePerçage des trous de 3 en se servant du gabarit.
Bien repérer la position de la glace : les trous devant recevoir les entretoises se situent à l'arrière . C'est là qu'on a commencé à percer les trous de diamètre 2.5 qui seront ensuite bouchés.
Cliquez pour agrandir l'imageUne glace réalisée et l'autre prête à percer.
Cliquez pour agrandir l'imageLes trous situés à l'arrière sont percés complètement, on retourne la glace et on les reprend à diamètre 4 sur 3 de profondeur.
Cliquez pour agrandir l'imagePositionnement des entretoises.

Attention : sur l'une des entretoises, le trou de 3 devant recevoir une tubulure est déplacé vers le haut de 3 mm, on le voit sur la photo. Il est dirigé vers l'arrière.

les tubulures du moteur

cela semble un peu prématuré de les réaliser mais il sera difficile de les ajuster quand les glaces seront solidaires des entretoises...
Cliquez pour agrandir l'imageLes côtés du châssis va être repris de la manière suivante :
. de part et d'autre, découpe de l'avant pour le passage des pivots garnis de leur ressort et des entretoises
. à gauche,  une découpe pour le passage des tubes menant à l'inverseur (ajustage des cotes en fonction des pliages obtenus)
Cliquez pour agrandir l'imagePrésentation : les entretoises doivent glisser dans la fente et le trou du pivot permettre de glisser un ressort.
Cliquez pour agrandir l'imageTubulure haute qui part de l'arrière ; le raccord ne doit pas venir toucher le flanc.
On travaille très bien le tube de 2 x 3 déjà recuit en le recuisant à nouveau .
Cliquez pour agrandir l'imageTubulure basse qui part de l'avant et qui ne doit pas toucher le ressort ni l'écrou ...
Cliquez pour agrandir l'imageLes deux tubulures en place.
On va les souder à l'argent car elles risquent encore de souffrir !
Cliquez pour agrandir l'imageLe résultat après brasage.
Cliquez pour agrandir l'imageDans la foulée on peut aussi, en se servant d'un dessin, prévoir les tubulures qui sortiront de l'inverseur pour rejoindre celles que l'on vient de réaliser.

montage des glaces

Il va se réaliser par soudure à l'étain : il s'agit de les solidariser grâce aux entretoises.
Cliquez pour agrandir l'imagePréparation du chantier : placer la partie avant et maintenir un écartement de 16 avec un rond.
Enduire de décapant, chauffer et présenter l'étain qui va filer le long des deux entretoises. Si l'entretoise du bas n'est pas soudée, retourner et reprendre.
J'ai soudé les raccords et c'est peut-être prématuré !

Cliquez pour agrandir l'imageIl ne reste plus qu'à boucher les trous après une bonne vérification au compresseur des trous utiles.
Les petits trous qu'on aperçoit devaient être taraudés à M2 : une autre version dont je reparlerai.

cylindre et piston

Cliquez pour agrandir l'image
bouchon arrière
Cliquez pour agrandir l'image
cylindre et sabot
Cliquez pour agrandir l'image
bouchon avant
Un petit truc : il n'est pas facile avec notre petit tour de percer le rond de 16 sur 30 de long.
On procède bien entendu en perçant sur 20 puis en avançant le foret au fond du trou ... mais le foret de 2 ne peut plus évacuer les copeaux ...
Cliquez pour agrandir l'image
percer à 2 sur 20 de long
Cliquez pour agrandir l'image
reprendre à 3 sur 20
Cliquez pour agrandir l'image
terminer à 2
Ensuite on continuera le perçage de 0.5 en 0.5 jusqu'à 7.8. Un coup d'alésoir sera donné après la soudure du sabot et le perçage de ses trous.
Cliquez pour agrandir l'imagePréparation du cylindre : réaliser un plat en descendant de 3 mm.
Ici étape préparatoire pour vérifier que le fraisage se fait bien horizontalement. Dans cet exemple, il m'a fallu ajouter une "cale" en papier (environ 0.1) pour que ce soit correct.
Cliquez pour agrandir l'imageLes cylindres et les sabots.
Les sabots ont été percés avant la soudure car je n'ai trouvé que du laiton plus dur que celui de décolletage. Si on casse un foret, on n'aura pas à tout refaire.
D'ailleurs cela m'est arrivé et j'ai cassé un foret de 1.5 que j'ai pu enlever en retournant la pièce, en perçant puis en chassant le bout de foret sans trop agrandir le trou.
Cliquez pour agrandir l'imagePour le positionnement des trous du sabot, on peut se servir du gabarit, un foret de 1.5 servant de pointe à tracer.
Cliquez pour agrandir l'imageEtamer les pièces :
enduire de décapant, chauffer, faire fondre l'étain et l'étaler avec un chiffon.
Laisser refroidir lentement et ne plus toucher l'étain avec les doigts.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage pour l'assemblage sans trop serrer. Bien vérifier le positionnement latéral si on n'a pas prévu de reprise de l'ensemble au tour.
Un petit truc pour savoir quand l'étain a fondu : enduire légèrement avec du décapant la partie entre le sabot et le cylindre.
Quand on va chauffer à la lampe à souder, le décapant va brunir ; présenter un peu de fil d'étain et quand il fond, on arrête de chauffer.
Cliquez pour agrandir l'imageUn petit problème qui risque de se présenter : l'un des trous s' est rempli d'étain. Placer le gabarit et repercer.
Si cela se produit au niveau du filetage central, repercer à 2.3 et non 2.5 puis tarauder à nouveau.
Cliquez pour agrandir l'image

les pistons

qui seront à coupelles de téflon.
Avec un diamètre de 8 pour l'alésage et une course de 16, on a un rapport de 2 ce qui donne un moteur "coupleux" qui devrait accepter un bon ralenti.

Pour leur réalisation, voir cet
album
Cliquez pour agrandir l'image
un piston terminé
Cliquez pour agrandir l'imageMontage d'un cylindre et repérages des bouchons.
Pour le pivot, de la simple tige filetée de 3 que l'on serrera fortement en plaçant une goutte de frein filet fort.
Cliquez pour agrandir l'imageLe montage ne va pas être facile et le positionnement de l'écrou présentera moins de problème si on reprend la tige filetée (pivot) sur 1.5 mm de longueur à 2.4 mm de diamètre.
Cliquez pour agrandir l'imagePour le maintien du ressort en position de compression, on pourra utiliser ce petit outil qui a fait ses preuves avec un autre oscillant. Le pivot faisant 3 de diamètre, une nouvelle fente a été effectuée de l'autre côté de la fente de 4.
Outil surtout utile pour le pivot du côté des tubulures.

Par la suite, j'ai rallongé ce pivot afin que la vis ne vienne pas porter sur la tubulure et pour pouvoir placer une rondelle : l'important est de pouvoir glisser l'écrou quand les deux pivots sont en place.
Cliquez pour agrandir l'imageL'outil en position. Il reste à placer l'écrou avec des brucelles sur le petit téton puis à le tourner.
Cliquez pour agrandir l'imageRéglage du serrage des ressorts. Ils sont assez forts car les pistons sont lourds.
On peut le faire dans un premier temps à l'air comprimé.
Cliquez pour agrandir l'image

la mécanique

Deux bielles transmettent aux roues arrières le mouvement des roues motrices.

Elles ont en alu de 2 d'épaisseur. On les découpe à la scie fine puis on finit à la lime.
Le trou des roues motrices et de 3.1, celui des roues menées et de 3.5.

Pour un bon maintien, il faut revoir les manetons des roues. Ceux des roues motrices n'ont finalement pas besoin d'être taraudés.
Cliquez pour agrandir l'imageIl est possible d'agrémenter un peu la bielle en la rainurant avec une fraise de 1 ou 1.5 de diamètre sur 0.5 de profondeur.Encore faut-il présenter cette face ouvragée dans le bon sens, ou alors fraiser les deux faces.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage sur une roue menée : il manque encore une petite rondelle de téflon de 0.25 d'épaisseur entre la bielle et la bague qui empêche la bielle de frotter sur la roue. 

F - avant les essais

Cliquez pour agrandir l'imagePour placer la chape, écarter le moteur en tirant sur le cylindre et non sur la tige de piston qu'on pourrait plier.
Ici la bielle n'a pas été mise en place au préalable.
Cliquez pour agrandir l'imageEt c'est prêt !
essai à l'air comprimé
essai à la vapeur

Cet essai à la vapeur n'est pas vraiment satisfaisant et il va falloir y remédier.
Le problème est que les cylindres sont lourds et ne plaquent pas toujours bien sur la glace :  il faut soigner le ressort !


Si on reprend le montage, on constate que :
. les ressorts sont trop durs
. les extrémités coupées ont tendance à se glisser soit dans l'écrou (rondelle dont le diamètre intérieur est trop large) et aussi entre la glace et le pivot.
On obtient donc parfois un blocage et le pivot (tige filetée M3), décalé,  ne se maintient pas en position verticale. 
Cliquez pour agrandir l'image
. prendre un ressort plus faible que l'on serrera davantage et placer l'extrémité non coupée contre la glace pour faciliter le glissement et empêcher tout blocage
. replier légèrement l'autre extrémité qui va se trouver sous une rondelle ne faisant pas plus de 3.2 de diamètre intérieur et cette fois le fil du ressort (diamètre 0.6) ne pourra pas s'y glisser et provoquer, là aussi, un blocage ...

et si un problème subsiste ...

il faut trouver une solution !
On s'en aperçoit facilement en tenant la châssis à la main, en branchant le compresseur et en manipulant l'inverseur : si le régime diffère en retournant la loco c'est que l'un des cylindres (ou les deux !) ne plaque pas convenablement.

Malgré une reprise du montage, l'un des cylindres ne plaque pas correctement ou pas tout le temps ... Un petit truc pour régler cet inconvénient
Cliquez pour agrandir l'image
Prendre du plat de 0.5 d'épaisseur et souder en bout deux bouts de rond de 2 pour obtenir une "barre de soutien".
Cliquez pour agrandir l'imagePercer puis tarauder à M2 les glaces. Placer un goujon et installer le montage précédent.
Cliquez pour agrandir l'imageLe rond touche à peine le cylindre récalcitrant.
La flexibilité de la barre qui touche une des tubulures permet d'ajuster le serrage.
On doit obtenir marche avant et marche arrière avec le même régime, moteur dans sa position normale, sur le côté ou à l'envers.
Cliquez pour agrandir l'image

G - inverseur

Ce modèle d'inverseur a déjà été exploité mais il est un peu modifié.

En fait on peut l'utiliser pour :
. renverser la vapeur et modifier le sens de marche
. admettre ou non la vapeur et il remplace la vanne ou le registre
. modifier l'admission et obtenir du ralenti

En plus, il est vraiment étanche. Après le premier essai à la vapeur, il faut resserrer les écrous.

Le problème est de faire en sorte qu'il ne dépasse pas le châssis afin qu'on puisse le dissimuler par un caisson. Au départ, je pensais le poser sur le châssis, mais il était toujours trop large et venait se cogner à l'enveloppe de la chaudière.

Une solution : le descendre en faisant en sorte qu'il ne touche pas la bielle (trait en rouge) sur le croquis de montage. Il faudra probablement reprendre l'ouverture qui laisse passer les tubulures car le pliage n'est pas toujours celui qu'on espérait ...



En bas du croquis, le mode de fonctionnement.
Pas grand chose à dire sur la construction.
La partie intermédiaire est tirée d'un carré de 20; le couvercle d'un plat de 1.5 et le fond d'un plat de 6.
Cliquez pour agrandir l'imageToutes les pièces et les joints.
Une seule exigence, que l'axe de la partie mobile soit bien alignée sur celui du trou du couvercle afin que les trous coïncident le mieux possible pour éviter les pertes.
Cliquez pour agrandir l'imageRéalisation de la partie pentue.
Cliquez pour agrandir l'imagePour bien aligner le levier et la vis de blocage lors de la réalisation de la rainure de 2 ...
Cliquez pour agrandir l'imageVue de profil avec l'ouverture pour l'admission.
Toutes les pièces ne sont pas encore ajustées.
Cliquez pour agrandir l'imageMise en forme des tubulures de raccordement : les tubes de 2 x 3 entrent de 2 mm dans les raccords du moteur.
Cliquez pour agrandir l'imageIl est possible de descendre l'inverseur mais il devra laisser le passage à la bielle ...
Pour le tube de sortie de l'échappement, il faudra l'écarter de l'enveloppe de la chaudière en le courbant.
Cliquez pour agrandir l'imageTout a été soudé à l'étain.
Sur les tubulures de raccordement, on aperçoit des rondelles de téflon qui vont assurer l'étanchéité : pas de raccord conique.
Cliquez pour agrandir l'imageLe moteur complet que l'on pourra faire glisser entre les côtés du châssis.
A refaire, il faudrait décaler les embouts pour faciliter le serrage ... Mais avec de l'hexagonal de 7 pour le raccord femelle, cela fonctionne.
Cliquez pour agrandir l'image

le montage

Une fois le moteur glissé, on va installer le plancher et ... il faut le découper un peu pour laisser le passage à l'inverseur et à ses raccords : pas de plan car il faut partir d'un gabarit ...
Cliquez pour agrandir l'imageMontage actuel avec le moteur, l'inverseur, le plancher et l'enveloppe de chaudière.

essais

à l'air comprimé
à la vapeur
Cliquez pour agrandir l'image

H - radio-commande

Un challenge que de vouloir commander cet inverseur par radio car ... il n'y a pas beaucoup de place surtout pour la batterie !

Un croquis sur l'implantation et dont les cotes pourront varier selon le servomoteur trouvé. L'essentiel est qu'il ait un débattement de 90°.

Le cote de 43 est à vérifier car elle dépend de la position de l'inverseur qui a pu se déplacer avec le pliage des tubulures.

Beaucoup d'essais pour obtenir la meilleure ouverture de l'inverseur dans un sens comme dans l'autre : finalement, sur le servo la cote est de 13 et sur le levier de l'inverseur elle est de 10.

Cliquez pour agrandir l'imageLe montage se fait à plat avec des vis M2 et des entretoises (tubes de 3 x 4).
Cela ne bouge absolument pas ...
Cliquez pour agrandir l'imageAvant de fixer le servo sur la paroi, il faut monter la tige de commande.
Petit inconvénient si on se trompe dans le perçage du second trou du levier. 
Cliquez pour agrandir l'imageLa tige de commande est un plat de laiton de 0.5 x 4. Il faut le reprendre en partie sur 2 mm de profondeur pour ne pas toucher le châssis.
Après vérification de la position de l'inverseur, les axes des trous de 2 sont distants de 71 et non 70.
Cliquez pour agrandir l'imageUn petit truc pour la fixation de la tige de commande : repercer à 1.6 le trou existant puis tarauder à M2 et notre vis va servir d'axe.
Cliquez pour agrandir l'imageCette fente était beaucoup plus esthétique mais elle présente un inconvénient : pour effectuer le montage du servo, il fallait démonter le côté mais aussi l'arrière ...
Cliquez pour agrandir l'image... problème réglé en partie en ouvrant complètement le passage.

A noter que le sciage doit tenir compte de la présence des trous de fixation dessinés sur le croquis.
Cliquez pour agrandir l'imagePour respecter le plan les ouvertures de la cabine sont à 50. Et le porte-piles du commerce et trop haut : un truc déjà employé que la réalisation maison d'un autre porte-piles ... qui aura 5 mm de moins en hauteur.
Cliquez pour agrandir l'imageLe porte-piles reposera sur un petite tôle que l'on évidera afin que les écrous inférieurs du porte-piles ne soient pas en court-circuit.


Montage provisoire avant l'essai du servo.

Cliquez pour agrandir l'image

I - chauffage au gaz

Cliquez pour agrandir l'image

le brûleur

Il s'agit essentiellement d'un tube de 8 x 10 percé de 3 rangées de trous.
Caractéristique : un autre tube de 3 x 4 le parcourt et stabilise l'arrivée de gaz.
Il reste encore à faire des essais pour obtenir le meilleur rendement en diminuant progressivement sa longueur car j'ai observé (première expérience) qu'un tube de 50 de long donnait une meilleure flamme ... et finalement il se trouve réduit à une longueur de 70.

Sur le croquis on verra le raccord pour le gaz et, extrapolé de ce dernier les raccords qui seront utilisés pour le montage des tubulures de vapeur.

Ce brûleur a eé amélioré.
Cliquez pour agrandir l'imageLe tube central est rainuré par des fentes qui seront dirigées vers le bas; sa longueur est réduite à 70 et il est bouché à son extrémité par un rond de 3.
Les trous ont été progressivement portés au diamètre de 1.7 mm.
La position a été abaissée et se trouve désormais comme sur le plan modifié à 10 mm du plancher.
Il restera à trouver la meilleure position du gicleur qui cette fois se trouve à ras du trou de la prise d'air.

Une bonne chauffe est obtenue en ouvrant à peine la vanne !
Cliquez pour agrandir l'imageToutes les pièces qui pour la plupart s'emboîtent : ajuster au tour avec du papier de verre.

Un filetage pour le raccord (M6 x 075) et un taraudage pour le gicleur du commerce (M4).
Cliquez pour agrandir l'imageVis de blocage sur la bague de prise d'air que l'on serrera quand le bon réglage sera atteint.
Le réglage se fera en avançant plus ou moins le gicleur en faisant tourner le rond de 8 qui le porte. Position préalable : pointe du gicleur dans l'axe du trou.
Cliquez pour agrandir l'imageLe bord du tube intérieur vient tangenter le cône exécuté avec un foret de 8.
Ce cône viendra affleurer le bord du trou d'entrée d'air.
Cliquez pour agrandir l'imagePour le perçage des trous à 30°, se servir d'une équerre et tourner le tube dans lequel est placé le foret de 1.2 qui a servi à reprendre les trous de la rangée centrale. Pas très mécanique mais facile ...
Cliquez pour agrandir l'imageLe seul brasage (argent) est à l'extrémité du brûleur : on soude un tube de 3 x 4 qui viendra se glisser sur une vis montée à l'extrémité du châssis.
Ainsi pas de déplacement latéral et une position horizontale parfaite.
Cliquez pour agrandir l'imageUne flamme sympathique.
Je ne suis pas doué pour prendre des photos sans pied ...
Cliquez pour agrandir l'image

le réservoir

dont l'implantation des valves 'ici de vélo) est particulière : comme elles sont très rapprochées afin de les dissimuler,celle de remplissage doit être plus haute afin de pouvoir visser l'embout de remplissage.
Il a fallu le placer en travers et sa contenance est donc réduite : 5 ou 6 grammes de gaz seulement ce qui devrait, après la période de chauffe de tourner quelques minutes.
Il existe bien sûr une autre solution : en faire un plus grand et le placer sur un wagon comme pour Le ROQUET ...

Ce réservoir est entièrement brasé à l'argent.
On le testera en plaçant les obus et en pinçant le tube de cuivre qui n'est pas encore coupé à dimension. Mettre un peu de gaz et plonger dans l'eau ...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

la vanne


Une construction désormais classique avec l'utilisation de joints toriques pour l'étanchéité. La bonne fermeture de la vanne est obtenue par l'écrasement relatif du cône en laiton sur l'ouverture du tube de cuivre.Pour que cet écrasement soit facilité, recuire le tube de cuivre avant soudure à l'étain.

Comme cette vanne se trouve décalée par rapport au réservoir, il faudra lui fabriquer un support.

Un fonctionnement précis est obtenu grâce à un ressort.
Les tests se font au compresseur en plongeant la vanne dans l'eau.
Cliquez pour agrandir l'image
Après avoir soudé le tube de cuivre, on soude, toujours à l'étain, le support.

Il ne reste plus qu'à positionner le réservoir et la vanne pour les assembler par soudure, toujours à l'étain.
Si on se rate, on pourra recommencer !
Cliquez pour agrandir l'image

montage de la vanne sur le réservoir


Une idée du positionnement avec des cotes à adapter selon les fabrications exécutées.
Cliquez pour agrandir l'image
Vérification avant la coupe du tube du réservoir.

Le châssis va encore subir des modifications pour la fixation du support de la vanne : il faudra exécuter une fente pour le passage du tube menant au brûleur ...
Cliquez pour agrandir l'imagePetit montage qui va permettre de fixer l'ensemble réservoir -vanne - brûleur par serrage.
Plat de 2 avec taraudage M2.
Cliquez pour agrandir l'imageVue sur la dernière soudure entre vanne et écrou du porte-gicleur.
Cliquez pour agrandir l'image
L'essai se fait en serrrant le réservoir dans l'étau.
Avec ses 6 grammes, le brûleur a fonctionné plus de 10 minutes.

J - chaudière et accessoires

Cliquez pour agrandir l'image
Elle ne présente pas vraiment de difficultés à réaliser.

Des fonds plats maintenus par une tige filetée, deux tubes bouilleurs au-dessous et des accessoires classiques : viroles, dôme, bouchons, graisseur, soupape.

Petite modification par rapport au plan d'origine : le brûleur est installé un peu plus bas sinon elle ne monte pas en pression assez rapidement (Merci Patrick pour ce rappel !).

Pour la réalisation, on peut revoir les chaudières 1 et 2 de cet
album
Cliquez pour agrandir l'imageA - un bouchon pour le trop plein
B -  trois viroles
C - une pièce pour le remplissage : bouchon plus haut pour s'harmoniser à l'ensemble
D -  un dôme: le perçage pour les tubulures est très près du bas et elle se braseront en même temps que ce dôme
E -  une soupape sans bille : le choix entre deux bouchons pour le passage de la vapeur en cas de surcharge
F -  un raccord pour le manomètre (premier croquis) dont le tube est simplement soudé à l'étain.
Cliquez pour agrandir l'imageLa soupape : c'est le joint torique qui remplace la bille et il faut que le diamètre du rond fasse 2.1 pour qu'il ne s'échappe pas lors des démontages (joint de 4.2.1).
Cliquez pour agrandir l'imageLe dôme dont on voit une des sorties l'une menant au manomètre et l'autre au graisseur.
Sur le dessus, un taraudage M2 qui permettra par la suite de dissimuler cet appendice disgracieux ...

TEST de la chaudière


Pour cette chaudière, le test s'est effectué avec la pompe à eau:
. monter le manomètre
. remplir la chaudière complètement
. raccorder la sortie vapeur menant au graisseur à la pompe

La pompe est immergée dans un bac contenant de l'eau et ... on pompe !
Un peu d'hésitation au manomètre(le temps que le remplissage se fasse totalement) et puis il se met à monter à chaque coup de pompe.
La moindre fuite est décelée - cela m'est arrivé et il a fallu reprendre la brasure d'un des écrous maintenant un disque. Réparation puis nouvel essai ...


Une pompe dont la description se trouve dans cet
album
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image



Le graisseur qui est encore classique et dont la vidange se fera avec une seringue.
Commencer par réaliser le tube en brasant à l'argent les bouchons : celui du haut sera taraudé à M5.

Le tube laissant passer la vapeur est percé à 0.6.
D'un côté un raccord, de l'autre une bague également brasés à l'argent.
Par contre, pour le raccord de la tubulure menant à l'inverseur, on pourra utiliser l'étain.

Pour l'étanchéité du bouchon, on peut utiliser un joint torique (tore de 1.5).

Cliquez pour agrandir l'image
toutes les pièces
Cliquez pour agrandir l'imageLa tubulure amenant la vapeur au graisseur sera un peu "torturée" pour que le raccord se fasse à l'horizontale.
Commencer par placer celle allant à l'inverseur.

Prendre ses repères à l'aide d'une lime, scier puis démonter et souder (l'étain est suffisant des deux côtés.).
L'échappement se fera avec un tube de 3 x 4 qui se présentera en deux morceaux reliés par une durite ainsi, lors d'un remplissage on pourra atteindre facilement le bouchon de trop plein en pliant la durite.
Cliquez pour agrandir l'image
la cheminée s'enfile sur le tube
Cliquez pour agrandir l'image
raccordement à l'inverseur
Cliquez pour agrandir l'image
accès au bouchon

montage avant l'essai en situation

Cliquez pour agrandir l'imageMonter le brûleur.
Raccorder la tubulure partant de l'inverseur et allant au graisseur.
Monter l'échappement.
Cliquez pour agrandir l'imagePlacer l'enveloppe de chaudière.
Poser la chaudière.
La raccorder au graisseur.

K - commande mécanique de l'inverseur

où l'on commence à parler de "mécanique"

c'est à dire de la commande de l'inverseur mécaniquement et non par servo. En effet il n'est pas aisé de procéder à des essais en devant installer à chaque fois le récepteur, la batterie, l'émetteur ...D'autant que les essais seront nombreux.

Alors, un petit bricolage qui permettre de manier l'inverseur sans se brûler, bricolage qui pourrait donner naissance à une autre version.
Cliquez pour agrandir l'imageLa mécanique : en plaçant le pivot du levier vers le haut, on diminue le débattement qui au départ est de 90° et qui ne serait pas très réaliste pour la poignée.
Plus on montera le trou du pivot et moins la poignée se déplacera.
Cliquez pour agrandir l'imageInstallation sur le châssis mais là, comme ce n'était pas prévu, on ne peut placer qu'une vis de fixation.

Comme je n'avais pas tenu compte du diamètre du pivot de l'inverseur, il a fallu recommencer l'équerre de transmission qui finalement n'en est pas une (en pointillés sur le croquis).
Cliquez pour agrandir l'image
Si on adopte cette solution on pourra rendre le dessin de la cabine plus harmonieux car on ne devra plus dissimuler la batterie ...De plus la capacité du réservoir de gaz se verra augmenter car on pourra le placer en travers.

essais vapeur


Il va se faire en utilisant le brûleur tel qu'il a été dessiné ...
...et il y aura une bonne et une mauvaises nouvelle :

. la bonne : le moteur tourne à la perfection même à moins de 0.5 bar
. la mauvaise : le brûleur n'est pas assez puissant et il va falloir opérer son réglage. afin que la pression de la vapeur se renouvelle plus vite entre la plage de 2 et 3 bars

Petit problème lors de ces essais de brûleur : il faut tout démonter pour y accéder.
Une idée pour les essais qui vont suivre :
Cliquez pour agrandir l'image. enlever le graisseur et fermer par un bouchon le circuit d'arrivée vapeur
. remplir la chaudière normalement en se servant du trop plein.
Cliquez pour agrandir l'image. en enlevant l'enveloppe, on enlèvera facilement le brûleur et on on pourra le modifier
. il suffit alors de replacer l'enveloppe, la chaudière et de chauffer : plus de plein à faire car on ne consomme rien !



Mais ceci est pour la prochaine étape.

L - accessoires

Cliquez pour agrandir l'image

la boîte à fumée

qui est tirée d'un tube de cuivre de 38 x 40 que l'on va fendre pour lui donner un diamètre intérieur de 40 (emboîtement sur la chaudière et passage du tube d'échappement.
Cliquez pour agrandir l'imageTube fendu et percé à diamètre 11 pour le passage de la cheminée ; rondelle de 1 d'épaisseur et de 40 de diamètre.
Cliquez pour agrandir l'imageLigaturer la base puis souder à l'étain en partant de l'intérieur.
Cliquez pour agrandir l'imageLa porte bombée en tôle de 0.3 est obtenue avec ce gabarit (on peut utiliser un gros tube) et une boule de pétanque.
Petite découpe sur le côté puis pliage pour encercler un rond de 1.5 de diamètre.
Cliquez pour agrandir l'imageAvant peinture.
Cliquez pour agrandir l'imageSystème de fermeture et de fixation sur l'avant de la boîte à fumée : tête de vis épaisse que l'on reprend à la fraise conique de 1.5. On brasera ensuite (argent) un rond de 1.5 que l'on pliera puis sciera.
Cliquez pour agrandir l'imageLors du serrage, le rond de 1.5 viendra se coller contre la face avant.

la cheminée conique

Cliquez pour agrandir l'imageToujours en tôle de 0.3.
A droite le gabarit  et au milieu une bague pour faire chapeau.
On arrondit sur des ronds de 10 et 15 après avoir poncé sérieusement la tôle, on monte un fil de fer en haut et en bas et on soude à l'étain.
Pour le gabarit du tronc de cône voir dans cet 
album
Cliquez pour agrandir l'imageIl n'y a plus qu'à emboîter ...

dôme vapeur

Il est factice et vient se visser sur celui au centre de la chaudière.
Cliquez pour agrandir l'imageOn part d'un manchon en bronze de 18 x 20 environ.
Pour obtenir un assemblage correct avec la chaudière, régler l'outil à diamètre 40. Sinon exécuter à la lime ...
Cliquez pour agrandir l'imageCe manchon sera surmonté d'une rondelle de diamètre 24 et de 1.5 ou 2 d'épaisseur : percer 8 trous puis tarauder à M2.

Un petit truc pour ne pas casser le taraud : serrer dans l'étau et ne tarauder que les deux trous en face de soi, puis tourner la pièce pour présenter deux autres trous. Si la rondelle vient à basculer pendant le taraudage, il y grand risque de commande d'un nouveau taraud !
Pour la pose des écrous, on peut procéder ainsi :
Cliquez pour agrandir l'image
goujon à ras de l'écrou
Cliquez pour agrandir l'image
coupure de l'excédent intérieur
Cliquez pour agrandir l'image
reste du cisaillement
Cliquez pour agrandir l'image
relever le goujon par dessus
Cliquez pour agrandir l'image
pose de l'écrou
On pourrait donner un coup de soudure à l'étain, mais tout tient correctement.
Cliquez pour agrandir l'imagePose du dôme sur les tubulures : percer à 3.5 puis ajuster à la lime.
Cliquez pour agrandir l'imageLe maintien se fait par un écrou se vissant sur un goujon au centre du dôme.

lanterne

Un essai pour imiter une lanterne qui fonctionnait à l'alcool.
Tube de laiton, "verre" découpé dans du plastique et ajusté à la lime, support en laiton de 0.5. Languette de tôle pour empêcher la vitre d'aller se coller au fond ... Coup de peinture en blanc avant le montage.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

un sifflet


Ce sifflet qui , branché sur la soupape, devient un avertisseur sonore.
Il restera à imaginer un truc pour pouvoir l'utiliser indépendamment de l'ouverture de la soupape programmée à 3 bars par exemple.

Les plans de ce sifflet se trouvent dans cet
album
Cliquez pour agrandir l'image
prototype
mettre le son assez fort pour entendre
Cliquez pour agrandir l'image
Tout en gardant la fonction première (décharge de la soupape en cas de dépassement de la pression), il suffit d'appuyer sur sur une tige de commande : elle va en se baissant provoquer le soulèvement de l'écrou et donc de la tige de la soupape.

M - reprise des essais

test des rouleaux
sur les rails

conclusions provisoires après ces essais

. le test des rouleaux montre simplement que le moteur est fiable et peut tourner à très faible pression tout en développant une certaine force
. les deux essais qui ont suivi immédiatement montrent que la Belle se déplace correctement mais un peu vite (1 tour de 6 mètres en 15 secondes cela donne plus de 2 km/h) , toujours à très faible pression et que le réservoir de gaz est insuffisant en capacité (il a fallu refaire le plein après la montée en pression de la chaudière à 2 bars)

. un autre test a été réalisé en demandant à la Belle de tirer un wagon de 500 g ... et là, elle s'arrête au bout de 10 secondes.

MAIS je viens de réaliser de nouveaux essais :
. les trous du brûleur ont été portés à un diamètre de 1.7 mm
. la pression monte de 1 à 2 bars en moins de 30 secondes
. si on se met en mode ralenti (probablement une vitesse réaliste de 1 km/h), la pression tombée à 0 remonte facilement et rapidement à 1 bar .... ce que je cherchais vainement depuis une quinzaine de jours.


Cliquez pour agrandir l'image

N - carrosserie

Comme d'habitude, il est bon de se donner une idée de la forme en se fabriquant un modèle en carton.

Les cotes données sont prises sur le modèle terminé, mais il est toujours bon de les vérifier avec cette maquette.
Le but rechercher est d'obtenir une forme qui va venir se poser sur le châssis sans forcer où que ce soit : ainsi il sera probablement utile, une fois tous les éléments assemblés de les retoucher.


Elle est exécutée avec de la tôle non nervurée de 0.3 d'épaisseur récupérée sur des boîtes de lait.
Les encadrements se feront en fil de cuivre semi-rigide de 1.3 de diamètre.

astuce pour le sciage

Pas facile à la scie fine de scier correctement cette tôle fine qui n'a aucune rigidité : pour scier facilement, il suffit de coller la tôle sur du carton (calendrier par exemple) avec de la colle blanche de menuisier. On laissera sécher en plaçant des poids sur la tôle.
Pour enlever ce support, il suffira de tremper la découpe obtenue dans de l'eau. Le carton va s'enlever facilement par contre il restera une pellicule de colle qui faudra éliminer au papier de verre ou en la détachant et en tirant dessus.
Cliquez pour agrandir l'image
collage
Cliquez pour agrandir l'image
découpe
Cliquez pour agrandir l'image
décollage

la cabine


On gardera précieusement les découpes réalisées ...
Cliquez pour agrandir l'image
Petite erreur dans ce plan : la patte de fixation se trouve à droite et non à gauche ! //
Cliquez pour agrandir l'image
après collage
Cliquez pour agrandir l'image
perçage et découpe
Cliquez pour agrandir l'image
décollage et ponçage
Cliquez pour agrandir l'image
marquage des "rivets"
Cliquez pour agrandir l'image
pliage
Cliquez pour agrandir l'image
soudure (étain)
Cliquez pour agrandir l'image
chantier de soudure
Cliquez pour agrandir l'image
dénuder facilement le cuivre

La pose des encadrements n'est pas évidente quand on vaut effectuer les pliages à la min. On pourra se servir des découpes effectuées qui serviront de gabarit.
Placer la découpe sur un bout de contreplaqué, percer les trous au diamètre 4 et ... il n'y a plus qu'à suivre avec le fil de cuivre.

Pour les côtés, il faudra parfois enlever un foret pour permettre le pliage.

En procédant ainsi, on aura à l'intérieur un petit débordement de tôle qui est (pour moi) du meilleur effet.

Cliquez pour agrandir l'image
perçage
Cliquez pour agrandir l'image
mise en forme
Pur la soudure on commencera par décaper la tôle, puis mettre du décapant sur l'entourage en tôle. On passera le fer à souder avec de l'étain pour un étamage assez épais. Ponçage de l'encadrement, un peu de décapant. On le position et on le serre. Il n'y a plus qu'à passer le fer à souder garni d'étain et de lisser.

Un petit truc : avant de poser cette garniture on peut la rendre presque plane en la plaçant entre deux plaques d'alu en en martelant.
Cliquez pour agrandir l'image
étamage
Cliquez pour agrandir l'image
serrage
Cliquez pour agrandir l'image
autre serrage
Cliquez pour agrandir l'image
résultat
Cliquez pour agrandir l'image
chantier d'un côté
Cliquez pour agrandir l'image
forme obtenue
Cliquez pour agrandir l'image
soudure
Cliquez pour agrandir l'image
la cabine
Cliquez pour agrandir l'image
La pose des main-courantes se fait par soudure.
J'ai pris le fil de cuivre de 1.3 de diamètre mais du laiton serait plus agréable à l'oeil.
Maintien à la bonne distance de l'encadrement avec deux baguettes de dois.

Après peinture, on les grattera avec un cutter pour faire apparaître le métal.

Il faudra après chaque opération de soudure, procéder à un sérieux nettoyage : un peu de vinaigre, beaucoup de brossage et du ponçage. Sinon la peinture ne tiendra pas.

les caissons

Les découpes varient selon le côté.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
découpe aux ciseaux
Cliquez pour agrandir l'image
marquage
Cliquez pour agrandir l'image
premier pliage
Cliquez pour agrandir l'image
pliage des côtés
Si on met une patte pour souder le coin avant, on risque d'avoir une sur-épaisseur.
Il est possible d'obtenir une bonne liaison en procédant ainsi :
. vérifier le bon raccordement
. gratter à l'intérieur, mettre du décapant et faire un bon pâté d'étain
. poncer l'extérieur et charger d'étain pour obtenir un bon joint.
Tout est affaire de maintien des tôles.
Cliquez pour agrandir l'image
ajustage
Cliquez pour agrandir l'image
soudure intérieure
Cliquez pour agrandir l'image
le résultat
la fixation se fera par vis M2; percer à 2.5 les trous dans la tôle pour pouvoir ajuster.
Il faudra garder à l'ensemble une certaine souplesse.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

le bac à charbon

qui se placera à l'arrière de la cabine.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
pliage particulier
Cliquez pour agrandir l'image
soudure
Cliquez pour agrandir l'image
fixation par vis
Cliquez pour agrandir l'image
le charbon

autres

Un peu de tôle pour cacher les trous du châssis, un petit montage pour poser le toit ... Tout est affaire de gabarits.
Cliquez pour agrandir l'image
gabarits
Cliquez pour agrandir l'image
intérieur
Cliquez pour agrandir l'image
intérieur
Cliquez pour agrandir l'image
le toit

montage

Tout a été démonté, peint ou repeint. Les différentes étapes :
Cliquez pour agrandir l'imageLe châssis après avoir installé le servo.
Cliquez pour agrandir l'imageInstallation du moteur : deux vis seulement à l'arrière pour pouvoir faire pivoter les cylindres.
Cliquez pour agrandir l'imageA gauche une petite entretoise qui permettra de maintenir les côtés au bon écartement : tube d'alu dont on fend une extrémité pour passer sur la tête de vis de fixation ; partie avant recevant une vis M2 pour y glisser le bout du brûleur.
Cliquez pour agrandir l'imageEmplacement de ces deux accessoires.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage des essieux. Pour l'essieu avant, il faut lever les cylindres.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage de la mécanique puis du bras du servo. Contrôle de fonctionnement et du servo et des cylindres ...
Cliquez pour agrandir l'imageMise en place du plancher.
Cliquez pour agrandir l'imagePositionnement du brûleur. Essai.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage des tubulures.
Cliquez pour agrandir l'imagePlacer l'enveloppe de chaudière ...
Cliquez pour agrandir l'image... puis raccorder la chaudière.
Cliquez pour agrandir l'imageInstaller le cache-misères (on pourrait prévoir une vis de fixation !).

Il n'y a plus qu'à glisser la caisse.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

O - un wagon

Cliquez pour agrandir l'imageC'est finalement la solution pour obtenir une véritable autonomie pour la chauffe.

Ce wagon n'est pas une nouvelle construction, il avait été construit pour la Locomotive de type Chaloner mais était trop lourd pour elle.
Je l'ai donc repris et allégé en supprimant le chargement de bois. Il restera à lui trouver un habillage ...

On gardera le réservoir de gaz et sa vanne .

Pour les plans de ce wagon, du réservoir de gaz et de la vanne, on se rendra dans cet
album
Cliquez pour agrandir l'image
le chargement prévu !
Cliquez pour agrandir l'image

la caisse

Elle est réalisée à partir de placage que l'on va rainer pour imiter des planches de 5 mm de large.
On procédera à la découpe des ouvertures en se basant sur elles.
Emploi de baguettes de samba de 2 x 5, 2 x 4, 2.3 et 2 x 2 et quelques chutes de 3 x 8 ou 10.
Collage à la colle blanche de menuisier non diluée.

Les dimensions sont indicatives et prises sur le modèle terminé sans tenir compte, éventuellement, d'une réalisation du wagon de la MAKATEA..
L'essentiel est que la caisse glisse sur le châssis et s'y maintienne.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'imagePour la peinture(même teinte que la loco):
. bien poncer, et épousseter
. un voile de vernis en bombe que l'on laisse durcir puis petit coup de papier de verre très fin
. premier voile de peinture suivi d'un second en retournant la caisse
. après un bon durcissement, coup de chiffon doux en coton non pelucheux

Cliquez pour agrandir l'imageGarniture des ouvertures avec du grillage de garde-manger peint au préalable en noir.
Le collage se fait à la colle de menuisier : un couche sur le bâti, poser le grillage et recouvrir de colle blanche.
Cliquez pour agrandir l'imagePour le toit, de la tôle de 0.3 sur laquelle on soudera à l'étain deux pattes à la largeur de la caisse.
Cliquez pour agrandir l'imageComme pour la loco, disposition de rangées de "rivets".
On pourrait remplacer la tôle par le placage rainé : cela se faisait ....

la cheminée

Il s'agit d'un wagon de service et il est probable qu'on y mangeait !
Ou alors la Belle  a décider de faire un long périple dans un camping-car à vapeur ...

Pour la construction de cette cheminée, je me suis servi d'un extrait du livre de Jean BONIN, "La maquette de Bateau" paru aux éditions dessain et tolba.
Cliquez pour agrandir l'imageDécoupe du chapeau : plus on augmente la découpe de l'angle, plus le chapeau devient pointu. 
Cliquez pour agrandir l'imageBien poncer les deux côtés puis donner la forme avec une pinces à becs ronds. Les bords doivent venir se toucher.
Fignoler l'arrondi aux ciseaux ou à la lime.
Cliquez pour agrandir l'imageLes jambettes font environ 1 mm de large.
Poncer.
Cliquez pour agrandir l'imageSoudure de l'intérieur au fer à souder puis reprise extérieure.
Limer, poncer.
Cliquez pour agrandir l'imageEnfoncer les jambettes avec une pointe.
Cliquez pour agrandir l'imagePlacer le sommet du cône dans un trou et présenter le fer garni d'étain dans le fond.
Il faudra probablement repasser sur la soudure extérieure qui aura un peu fondu ...
Cliquez pour agrandir l'imagePliage des jambettes pour entrer dans le tube.
Cliquez pour agrandir l'imageSoudure par intérieur de la plaque de toit légèrement incliné (avoir avec le toit).
A refaire je prendrai un tube descendant plus bas à l'intérieur.
Cliquez pour agrandir l'imageUn positionnement à peu près correct ... Peu mieux faire !
Le montage dans le tube de 7 x 8 se fera par serrage naturel des jambettes écartée après avoir enduit l'intérieur du tube de colle ... blanche. 

des ferrures

Il m'a semblé nécessaire d'en prévoir sinon la caisse paraissait flotter au-dessus du châssis ...
Là encore de la tôle de 0.3 et les ferrures sont collées à la colle ... blanche.

Pour qu'elle semblent faire partie du châssis, on ajoute une baguette de 2 x 4 au bas de la caisse après l'avoir peinte en noir ou tout simplement passé au feutre noir.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

une lanterne ... rouge

Simplification cette fois en partant d'un raccord de plomberie qui offre un joli rebord intérieur.
Sur ce rebord, on amènera une rondelle de plexi découpée à l'emporte pièce que l'on collera à la cyano sur du carton rouge : découper ce dernier plus grand pour qu'il coince le plexi sur le rebord. Pas de fond.
La lanterne sera amovible et maintenue sur un petit support découpé dans de la tôle de 0.3.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

la suspension

qui est bien entendu factice ...
Des bandes de tôle de 4 de large de 0.3 (du 0.5 serait mieux) pour les lames de ressort, de l'alu de 4 ou 5 d'épaisseur) pour les boîtes et beaucoup de patience.
Cliquez pour agrandir l'imageGabarit pour la première lame : des clous de diamètre 2 sur une planchette.
Plier à chaque extrémité, puis couper à 4 mm à l'intérieur.
Cliquez pour agrandir l'imageFormer les anneaux.
Par la suite, on pourra y glisser des bouts de tige filetée.
Cliquez pour agrandir l'imageDécouper les lames : 28, 26, 24, 22 et 20.
Préparer une bande de 6 mm de large.
Cliquez pour agrandir l'imageSuperposer et aligner les bande sur ce support qu'on aura plié à la largeur des bandes.
Cliquez pour agrandir l'imageReplier d'un côté puis de l'autre.
On peut encore bouger les lames. Elles sont bien placées ? Serrer à la pince.
Cliquez pour agrandir l'imageIl n'y a plus qu'à couper ...
Cliquez pour agrandir l'imageet percer à diamètre 1.5 puis 2 afin de placer une vis M2.
Cliquez pour agrandir l'imageRésultat.
On peut toujours arranger l'écartement des extrémités des lames.
Cliquez pour agrandir l'imageAprès peinture et pose d'un bout de tige M2.
Pour le boîtes, de l'alu de 4 ou 5. Su le sommet, un filetage M2  qui recevra la vis serrant les lames avec une possibilité de réglage en hauteur.
Au milieu un trou de 4 pou ne pas gêner la rotation de l'essieu.
Su les côtés de ce trou, deux autres trous pour recevoir une garniture en tôle : trous de 2.3 pour ne pas avoir de problèmes de positionnement.
Cliquez pour agrandir l'image
prêt au sciage
Cliquez pour agrandir l'image
réalisation des bossages
Cliquez pour agrandir l'image
repérage pour perçage

montage

Cliquez pour agrandir l'imageLes flancs sont repris avec le perçage à 1.6 et le taraudage à M2 pour la pose de gougeons qui vont maintenir les boîtes.
Sur la première boîte, petit travail à la fraise de 1.5 et à la lime pour donner l'impression du fonctionnement de la coulisse centrale.
Tous les éléments doivent s'emboîter facilement avant la pose des écrous.
Cliquez pour agrandir l'imageLes deux côtés sont prêts à être assemblés.
Cliquez pour agrandir l'imageLe montage des flancs et des essieux se fait plus facilement à l'envers.
Pour les essieux il faudra des bague de téflon de 5 percées à 3 pour le pas toucher les goujons qui dépassent à l'intérieur.
Cliquez pour agrandir l'imageOn termine le montage par la bare transversalle qui servira à fixer le plancher.
Cliquez pour agrandir l'imageLe plancher sur lequel on a monté le réservoir et sa vanne.
Noter le ressort de la vanne qui permet de maintenir la bonne position d'ouverture.
Cliquez pour agrandir l'imagePour le marche-pied un bout de latte de 3 x 8 et du fil de cuivre qu'il faut déporter pour ne pas toucher la suspension.
Le réglage en hauteur se fera après la pose de la caisse.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

la liaison gaz

C'est la plus importante : elle doit être parfaitement étanche mais souple.
Pour des raisons de commodité je l'ai placée en hauteur mais on pourrait aussi prévoir les passage sous la loco et le wagon.
Cliquez pour agrandir l'imageDu tube en laiton ou de cuivre de 1 ou 1.5 x 2, tu tube de cuivre de 2 x 3, du rond de laiton ...
La liaison souple se fait avec un tube silicone de diamètre intérieur 3 : il s'enfilera sur du rond de 3.5 dans lequel une petite gorge permettra une ligature.
En réalité ce montage ne bougera pas.
La sortie de gaz en provenance du brûleur est décalée pour pouvoir accéder plus facilement à l'attelage.

Pour la bague en téflon de diamètre 2 intérieur et de 4 extérieur, il est nécessaire de se fabriquer un autre guide pour l'emporte-pièces.
.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

P - et encore et toujours des essais ...

Cliquez pour agrandir l'image
Avant le départ le wagon est lesté d'un poids de 200 grammes devant représenter les habillages futurs.
Une liaison provisoire (plat de laiton) pour relier nos engins et permettre la marche arrière et c'est parti ...

Lors du second essai, la loco a tourné à sa vitesse maxi pendant 40 tours.
Il restera à voir si on peut tourner plus longtemps en réduisant la vitesse grâce au servo qui commandera l'inverseur.

Q - la version 2

Cette version prévoit un réservoir de gaz plus grand placé en travers dont la capacité est pratiquement double que celle de la version 1. On devrait ainsi pouvoir monter en pression puis rouler quelques minutes sans remettre du gaz.

Il faudra utiliser la commande mécanique (voir ci-dessus en K) : la loco s'arrête facilement à la main et on actionnera le levier pour changer la marche.
Cliquez pour agrandir l'imageLe seul problème qu'on rencontrera sera la mise en place de la vanne à cause de la proximité du raccord menant au brûleur.

Voici une solution si on veut placer la vanne au milieu, solution qui consistera à faire le raccord avec du tube de 1 x 2 qui se plie facilement et en sur-élevant la vanne.
Si on vaut fixer le corps par vissage, il faudra réaliser le corps dans du rond de 14 pour avoir la place d'un taraudage suffisamment profond.

R- essai final

Cliquez pour agrandir l'image
Les premiers essais de mise en route se font quand la pression de 2 bars est atteinte.
Après élimination d'un reste de trop-plein, un démarrage correct et une pression qui va progressivement se maintenir à moins d'un bar.

Après cet essai il en faudrait d'autres pour évaluer la consommation et apprendre à maîtriser la radio-commande ...
Cliquez pour agrandir l'image

penser à régler l'émetteur !


Si on compare cet essai avec celui qui se trouve en P, les observateurs verront une légère différence : dans celui-ci, le départ en marche avant est moins franc et la machine semble peiner un peu.

J'ai pensé au moteur et à un des sabots plaquant mal sur sa glace. Démontage, nouveau réglage des ressorts, utilisation du petit truc de la barrette de laiton, ... sans amélioration.

Un oubli : en voulant changer le sens de la commande de la gâchette 4 j'ai actionné la fonction "reverse" en A et 6 mais je n'ai pas corrigé le débattement qu'on peut opérer avec E. Conséquence, un mauvais positionnement des trous de l'inverseur qui favorisaient la marche arrière. Quand on passait en marche avant, un nuage de vapeur correspondant à l'ouverture de l'échappement avant le démarrage ...
Petit réglage et en marche avant et marche arrière on obtient le même fonctionnement.

pour faire mieux

Cliquez pour agrandir l'imageLe montage du moteur n'est pas celui qui était prévu.
Voici le plan de départ qui n'a pas été utilisé car je ne voulais pas refaire le châssis.
En effet, cette disposition supposera un écartement des roues plus important et donc un châssis plus long.

Ces plans seraient, à mon avis, parfaits pour une réalisation en voie de 45.
Cliquez pour agrandir l'image
inverseur
Cliquez pour agrandir l'image
moteur

bientôt

Cliquez pour agrandir l'imageun ensemble de plans dressés par Daniel BOITIER ...

documentation

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
les Belles de Colin Billie : ce sont les premiers croquis que j'avais trouvés et qui dorment depuis des années dans une chemise ...
http://home.claranet.nl/users/summer/16mmngm/Articles_htms/ColinBinnie/LesBelles.htm

Cliquez pour agrandir l'image
Voici un site où la construction complète de ce modèle est détaillée (chauffage alcool) :

http://www.homemodelenginemachinist.com/showthread.php?t=14179

Voir aussi d'autres liens :

http://home.claranet.nl/users/summer/16mmngm/LinkPages/Links_ConsTech.htm

http://www.wis.co.uk/andy/16mm/building_my_first_steam_loco.html

De quoi imaginer et construire sa propre loco !
Cliquez pour agrandir l'image


On pourra aussi s'inspirer de cette loco en voie de 45 avec moteur oscillant.
Le plan en a été dessiné par Julius de WAAL et se trouve dans cette page :
téléchargements 5
Cliquez pour agrandir l'image

On peut aussi se procurer cette brochure écrite par André LECOMTE et éditée par la confrérie des amateurs de vapeur vive.

Le principe est le même, et on retrouve notre inverseur.
Par contre Le système de chauffe pourrait s'inspirer de celui décrit dans cet album.

des liens à consulter

trouvés par Patrick LECLERE et qui permettent de laisser courir son imagination avant de se lancer dans une construction personnelle :
http://www.16mm.org.uk/newsite/baseboards/default.html
http://www.16mm.org.uk/newsite/files/default.html

Cliquer sur l'onglet de gauche : Model of the Month Archive pour découvrir la suite de
http://www.sidestreet.info/locos/intro.html

album terminé

Des commentaires ? Des questions ?  ...  écrivez-moi


Copyright (C) 2008-2018 Tous droits réservés.albums mis à jour le : jeudi 13 décembre 2018