le T.T.T. : le Truck de Tahiti Taravana

[faaroa 2020] Le temps des souvenirs ...

Cliquez pour agrandir l'image

Lorsque j'ai débarqué à Tahiti en 1981,c'est le véhicule qui m'a le plus étonné : un châssis doté d'un moteur et une caisse en bois avec des bancs.

Un truc, Le "TRUCK" qui ralentit quand il vous voit marcher et qui s'arrêtera où vous le souhaitez !

Les photos ci-dessous sont extraites de cette banque d'images :
lien
Cliquez pour agrandir l'image
Probablement le plus ancien.
Un véhicule à tout faire !
Cliquez pour agrandir l'image
Mais tout change !

Ce truck que je vais essayer de construire n'a jamais existé surtout avec l'aspect rétro des premiers gros véhicules à vapeur.
Si la caisse en bois comme sur les véhicules originaux résiste ce sera vraiment le truck, sinon on mettra une caisse en tôle et on obtiendra un petit camion, autre type de truck ...


Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

constructions

Cliquez pour agrandir l'image
Une chaudière similaire se trouve au paragraphe 3 de cet

mini-chaudières 1

la chaudière "porc-épic" ou à "picots"

récupérée dans une boîte.
A 75% de remplissage, elle offre un volume de 108 cm3d'eau à chauffer et en tenant compte de la marge de sécurité (20%), on se retrouve avec l'utilisation possible de 86 cm3.

Pour les "picots" on a 3 solutions. Si je l'avais reconstruite, j'aurais opté pour de la tige filetée M4 ou du rond de 4 qui résistent mieux lors de la brasure.

Chaudière récupérée, donc nouveau test avec montée à 6 bars pour une utilisation prévue à 2 ou 3 bars.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

le brûleur

classique avec 2 tubes cette fois. Les 52 trous de 1.6 donnent une puissance théorique de 880 W/h.

Avec un réservoir et un porte-gicleur empruntés sur une autre construction, les essais sont prometteurs :
. 1 bar atteint en 3 minutes
. 2 bars après 40 secondes
. 3 bars après 20 secondes


Il sera possible d'améliorer les résultats si nécessaire après réglage du nouveau gicleur et la possibilité d'agrandir le diamètre des trous ...
Mais le premier résultat est prometteur !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'imageLe perçage régulier des trous est facilité en entourant le tube de papier millimétré.
Ici on les séparera de 5 mm. 
Cliquez pour agrandir l'imagePour percer,la seconde ligne à 60°, mesurer en partant du croquis. Ici, 8 x 3,14 / 6 = un peu plus de 4 mm

Il reste à enlever toutes les bavures ...
Cliquez pour agrandir l'image
lime, foret à centrer
Cliquez pour agrandir l'image
alésoir
Cliquez pour agrandir l'image
toutes les pièces ...
Cliquez pour agrandir l'image
... qu'il reste à braser à l'argent

Le porte-gicleur
lui aussi classique pour un gicleur de 0.2.

Un croquis que j'ai oublié et plus détaillé viendra .... un jour.
Cliquez pour agrandir l'image
tube de réglage de position
Cliquez pour agrandir l'image
toutes les pièces
Cliquez pour agrandir l'image
brasure de l'arrivée de gaz
Cliquez pour agrandir l'image

le dôme vapeur

est un peut différent de ceux réalisés précédemment.

Difficile de percer puis tarauder la virole sur une chaudière terminée ...
Alors le dôme est démontable  et on le serrera après la mise en place de joints de manière à bien positionner le manomètre et la sortie vapeur. 
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Lors des essais, petit problème de fuite malgré ces deux joints en téflon : surface de la grosse virole de la chaudière en cause probablement, impossible à résoudre (pour moi).
Alors, à la place, des joints toriques qui font l'affaire ...
Cliquez pour agrandir l'image

la soupape

avec une bille inox.

Lors des premiers essais elle a été réglée pour libérer la vapeur à 4 bars.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
toutes les pièces
Cliquez pour agrandir l'image
fraisage des 3 fentes
Cliquez pour agrandir l'image

fuite = problème de siège

Pour le reprendre, chauffer le corps de la soupape au rouge vif, puis le plonger dans l'eau.
On place alors une bille "martyr" et on frappe un bon coup avec un rond dont l'extrémité est fraisée à 120° (pointe de foret).
Cliquez pour agrandir l'image

l'enveloppe de chaudière

sera réalisée avec de la tôle de récupération de 0.3 environ, découpe aux ciseaux.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Cette chaudière peut se monter très proche du brûleur. Mais dans quelle mesure ?
Pour pouvoir régler cette distance lors des essais, 2 supports sont ajoutés sur les parois avant et arrière et on peut rapprocher ou éloigner le fond de la chaudière du brûleur.

Cliquez pour agrandir l'image


un capot pour la chaudière réalisé après les essais

qui va permettre d'évacuer la plus grande partie des gaz chauds par la cheminée qui débouchera à travers le toit.
Là encore de la tôle de 0,3 ou 0,4 mm.

Le mieux est de réaliser des gabarits sur lesquels on pendra les dimensions.

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
ajustage
Cliquez pour agrandir l'image
montage
Cliquez pour agrandir l'image
plier d'abord les lèvres
du support de cheminée
Cliquez pour agrandir l'image
vérification
Cliquez pour agrandir l'image
un côté réalisé
Cliquez pour agrandir l'image
fixation par vis M2
Cliquez pour agrandir l'image
montage 1
Cliquez pour agrandir l'image
montage 2
Cliquez pour agrandir l'image
montage 3
Cliquez pour agrandir l'image
la soupape ?

Un petit problème avec la soupape qui sert aussi de bouchon de remplissage !  Impossible de la serrer avec ce capot !!!

Petit problème réglé en fraisant le haut du corps de la soupape (diamètre 8) pour exécuter 2 plats qui vont accepter une clé de 7.
Cliquez pour agrandir l'image

le réservoir de gaz

qui est vertical et sera placé dans la cabine avant du véhicule.
Une enveloppe de tôle imitera une chaudière ... et la vapeur de l'échappement, via un déshuileur, débouchera dans une fausse cheminée qui fumera... Le rêve !

En voici toutes les pièces avant la brasure à l'argent.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'imageSur le corps de la vanne, on brase à l'argent les deux tubes 2 x 3.
En fait, pour celui menant vers le porte-gicleur il faudrait un tube de laiton ou de cuivre de 2 mm de diamètre (je n'en ai plus mais ce serait plus facile pour la suite ...).
Une fois la brasure réalisée, on plonge l'ensemble dans l'eau froide et on introduit le rond de la vanne (pointe à 60°, filetage) et on serre fortement à la pince pour obtenir l'étanchéité (cône de laiton sur tube de cuivre) qu'on peut déjà vérifier au compresseur. Un truc déjà expliqué.

Cliquez pour agrandir l'imageOn peut alors terminer la vanne : coupe à longueur, tournage à 2 et filetage.

Elle n'est pas bien grande mais jolie avec ce volant de récupération (Steam Le Hobby).
Le joint torique remplit bien son rôle et aucune fuite ne sera constatée.
Cliquez pour agrandir l'image
Pas facile avec ces deux tubes à raccorder, surtout pour faire en sorte que le réservoir pose bien verticalement sur le châssis avant ...
Cliquez pour agrandir l'image
Finalement c'est correct mais il m'a fallu ajouter une rondelle sous le réservoir ...

Tout aurait été plus facile avec un seul tube de 2 voire, pourquoi pas, un tube de 2  x 3.

premiers montages

Cliquez pour agrandir l'image

le châssis

qui n'est pas définitif car il y aura encore bien des perçages à effectuer ...

Il est réalisé avec de la tôle d'alu de 3 et de 2 d'épaisseur.
La plupart des sciages se font quand c'est possible à la scie sauteuse.

Le plus délicat est le traçage de l'ouverture permettant de placer le moteur. Un gabarit en carton est bien pratique (mais il sera à refaire car on va devoir modifier l'arrivée de vapeur sous l'inverseur) :
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Pour ce genre de direction, la découpe du châssis doit permettre aux roues de s'exprimer sans toucher le châssis ...
Cliquez pour agrandir l'image


Un croquis nécessaire pour prévoir l'alignement des axes des roues à l'avant et à l'arrière.

La cote de 10 pour l'essieu avant est la plus importante. Comme je ne l'avais pas réalisé, une grossière erreur a nécessité la reprise de la courbure de la première lame de ressort fixée sur le carré de 6 x  et de la hauteur du pivot central. D'où des modifications dont les croquis tiennent compte.
Cliquez pour agrandir l'image

La direction

qui ressemble à celle du Camion Taravana ou à celle du Tracteur Taravana.

1 - l'essieu

en carré de 6 x 6.

2 - moyeux de roue

qui viendront se souder aux extrémités

3 - pivot

qui va recevoir 3 lames de ressort (plat de 0.5 x 6).

4 - semelle

qui offre une surface plus important et se soude à l'étain sur l'essieu

5 - support

par la suite, 2 tirants le rendront solidaires du châssis pour maintenir l'ensemble

6 - axe

montage sans oublier des rondelles de téflon qui rendent la rotation aisée

7 - truc de montage

qui évite la multiplication des écrous : en sciant les vis M2 à la bonne dimension on obtiendra le blocage vers le haut de la lame de ressort, vers le bas de la biellette (petit espace de 0.5 pour le pivotement)
Cliquez pour agrandir l'imageUn petit truc pour bien centrer le prochain fraisage de largeur 6.

Mettre le pivot réalisé au tour dans l'étau, le positionner avec un foret de 3 et ... ne plus le bouger.
Cliquez pour agrandir l'imageLe fraisage va alors se faire bien au centre.

Cependant comme nos lames de ressort sont de 6 de large également, il faudra les percer en leur centre à 3.3 pour rattraper une petite erreur du 1/10ème ... sinon elles ne se positionneront pas correctement dans le fond et offriront une résistance à la rotation.
Cliquez pour agrandir l'image
vérification
Cliquez pour agrandir l'image
présentation
Cliquez pour agrandir l'image
cintrage première lame
Cliquez pour agrandir l'image
perçage, vissage
Cliquez pour agrandir l'image
Les photos ci-dessus montrent comment réaliser le cintrage de la première lame. Mais j'obtenais une cote de 15 !

Il a fallu recommencer pour obtenir la cote de 10 en changeant de tube pour le cintrage.

Cette fois on voit la semelle et la fixation de l'axe de direction sur le support.
Cliquez pour agrandir l'image
Les roues seront fabriquées selon la méthode décrite au paragraphe 8 de cet
roues 1

Le camion de pompier me laisse un mauvais souvenir : le valant tournait, mais à l'inverse de l'orientation des roues ...

Voici comment réaliser une rotation réaliste.

Au dessus du bras du servo, un plat qui va entraîner les biellettes reliées à l'essieu.  Pour éviter l'emploi de 2 écrous à bloquer, on peut utiliser de la gaine de fil électrique qui va se "visser" sur la vis.

Au dessous, en tôle de laiton de 0.5, une équerre qui par l'intermédiaire d'une fente va déplacer le volant ... dans le bon sens.

La patte repliée de l'équerre ne devra pas toucher la tige du volant, et il faudra la plier légèrement vers l'extérieur, ou alors modifier la cote de 13 et la porter à 15 ?
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
vissage (M1.6)
Cliquez pour agrandir l'image
gabarit puis réalisation
Cliquez pour agrandir l'image
montage
Cliquez pour agrandir l'image
positionnement


La hauteur de la barre de direction dépendra du personnage un peu trafiqué.
Si on veut le garder quand le véhicule roulera, les mains doivent être au-dessus du volant ...
Il sera fixé sur le châssis grâce à un goujon collé au bas de la jambe après perçage de cette dernière.

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Origine du volant : un rouage de récupération.
Cliquez pour agrandir l'image
Toutes les pièces.
Une fois la hauteur définie, on soudera à l'étain la petite tige de 1 de diamètre.

Pour que le volant ne remue pas trop en tournant, ajouter des rondelles de téflon et qui vont permettre un serrage assez fort entre les deux bagues.
Cliquez pour agrandir l'image

la transmission, les paliers

en alu de 6 d'épaisseur qui comporteront des roulements à épaulement de diamètre intérieur 3.

Sur le croquis, on voit que les roues dentées du moteur de 0.65 cm3  ont été modifiées.
Le moteur sera fixé sur le châssis non dans un trou de 3 mais une lumière qui permet de bien régler le contact entre les deux dernières roues dentées.

Cliquez pour agrandir l'image

essai de la chaudière

qu'il est temps de tester.
Un essai assez long car en temps réel !

Des calculs ont été réalisés pour que le brûleur l'amène à 3 bars en 3 minutes environ.
Il semble, d'après cet essai, que c'est vérifié ...

Rappel : ces calculs sont effectués grâce au mémento que l'on peut télécharger dans cet
téléchargements 3 autres

le moteur

dont on n'a pas encore parlé tellement cela paraissait évident.

Il s'agit du petit bi-cylindre oscillant de 0.65 cm3 à double effet qui aura peut-être des difficultés à emmener ce truc dont la masse est évaluée à 1.200 kg.

Je ne l'ai pas refait car finalement il ne fuit pratiquement pas. Et, impossible de me faire livrer le matériel nécessaire !

La construction est décrire dans cet
mini oscillant
Cliquez pour agrandir l'image

préparation du véhicule


renforcer la direction

qui a tendance sous les effets du servo à bouger : on va installer des tirants qui maintiendront le support.

Plutôt qu'une découpe longue, on peut fixer par vis des plats de 1 x 5.



Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
gabarit
Cliquez pour agrandir l'image
fixation, pliage
Cliquez pour agrandir l'image
repérage, montage

assurer le graissage

avec un graisseur à déplacement ordinaire qu'on remplira d'huile d'olive.
Cliquez pour agrandir l'image
Le tube de passage de vapeur est percé à 0.6 et il est ensuite brasé à l'argent sur le corps.
Ajuster les tubes de cuivre (les embouts sont également brasés à l'argent).
Cliquez pour agrandir l'image
Un petit truc pour souder les tubulures.
On les visse puis on isole le graisseur et ses tubulures de la chaudière. Lampe à souder et étain sans rien détruire ...
Cliquez pour agrandir l'image

prévoir l'échappement

du moteur (système de fixation particulier) in tube de silicone va le diriger vers un "déshuileur". La vapeur sera alors dirigée vers la cheminée d'une fausse chaudière qui dissimulera le réservoir de gaz ...

Les dimensions varient en fonction du tube que l'on trouve, mais elles sont limitées par le châssis.
Cliquez pour agrandir l'image
détails
Cliquez pour agrandir l'image
brasure argent
Cliquez pour agrandir l'image
soudure étain
Cliquez pour agrandir l'image
pour le montage
Cliquez pour agrandir l'image
fixation
Cliquez pour agrandir l'image
raccordement
Cliquez pour agrandir l'image
En fait, le premier montage favorise l'envoi de gouttelettes dans la cheminée. Alors on dessoude le fond, on scie le tube horizontal, on reperce à 4 et on le remplace par le tube coudé : cette fois la vapeur de l'échappement ne peut plus se diriger directement vers la sortie.
Un petit truc, lors du démarrage du moteur froid, la condensation est la plus forte : ouvrir le robinet et les premiers condensats vont sortir. On le referme et le "déshuileur" malgré sa petite taille sera fonctionnel pendant au moins 5 minutes sans envoyer de gouttelettes dans la cheminée.  
Cliquez pour agrandir l'image

revoir la transmission

la première fonctionnait mais était trop gourmande en vapeur.
1 - une nouvelle roue dentée de 60 dents de diamètre 30 qui va amener la réduction à 1/18.
Le montage sera déporté (pignon de 10 dents) pour ne pas gêner le montage du moteur.

2 - il faudra de nouveaux perçages pour éloigner les paliers.

3 - l'échappement sur le moteur dont on reprend le trou d'origine de 2 à 3,5 pour un taraudage à M4. Un écrou M4 assurera un second blocage du moteur.

4 - l'axe déporté est réalisé à partir d'une vis M2 sur laquelle on soude le pignon de 10 dents. La roue dentée de 30 dents était d'origine percée à 3, on y soude (étain) un tube de 2 x 2. Il faudra reprendre la vis de blocage pour qu'elle ne touche rien ...
Cliquez pour agrandir l'image
axe déporté
Cliquez pour agrandir l'image
nouveau montage
Cliquez pour agrandir l'image
nouvelles découpes
Cliquez pour agrandir l'image
réglages

essais

avec le montage complet.

Et cela à l'air de vouloir fonctionner ...

Cliquez pour agrandir l'image

la cabine

réalisée en tôle de récupération de 0.4 ou 0.3 d'épaisseur.

les gabarits

en carton ...
Les plans ajoutés ne sont qu'indicatifs et peuvent, selon les options, être modifiés.
Cliquez pour agrandir l'image
la cabine
Cliquez pour agrandir l'image
la fausse chaudière
Cliquez pour agrandir l'image
Quand notre le gabarit semble bien s'adapter au châssis, on en décolle les éléments pour les mesurer avant le traçage sur la tôle.

On a pris soin de réaliser dans du contreplaqué de 9 d'épaisseur une copie du "plancher" de la cabine ; découpe en soignant les arrondis.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Montage des côtés en plaçant leur pliage à l'extérieur.

Sur cette photos on aperçoit des trous qui ne sont pas sur le premier croquis, mais dont on trouvera la position sur celui du montage qui va suivre.
Cliquez pour agrandir l'image
Des ronds de 16, 18 voire 20 pour les courbes ... mais aussi les doigts !
Cliquez pour agrandir l'image
Premier résultat.

On peut jouer aussi sur le perçage des trous du dos de la cabine en les passant au diamètre 2.5 pour écarter légèrement les côtés.
Cliquez pour agrandir l'image
La partie avant dont les côtés seront découpés à la bonne longueur après essais.

La hauteur de l'avant a été réduite pour qu'on aperçoive la suspension.
Cliquez pour agrandir l'image
Il vaut mieux réaliser les perçages de cette partie avant avec un traçage par superposition.
Cliquez pour agrandir l'image
Pour les premiers essais (la partie avant n'a pas encore été diminuée en hauteur), une petite cale est bien utile.
Cliquez pour agrandir l'image

support de garde-boue

toujours dans de la tôle fine. Il seront rigidifiés par soudure (fer) à l'étain et fixés sur l'essieu avant (vis de la première lame de ressort).
Cliquez pour agrandir l'image
ce qu'il faut obtenir
Cliquez pour agrandir l'image
traçage
Cliquez pour agrandir l'image
découpe
Cliquez pour agrandir l'image
pliage
Cliquez pour agrandir l'image
grattage
Cliquez pour agrandir l'image
soudure
Cliquez pour agrandir l'image
présentation
Cliquez pour agrandir l'image
étamage
Cliquez pour agrandir l'image
soudure

la fausse chaudière

qui va dissimuler le réservoir de gaz.

Le plan en est très rapide, il faudra que le montage coulisse facilement car il devra être démonté pour le remplissage à moins de faire un dôme démontable ...
Les côtés seront réunis par soudure à l'étain,  le dôme sera percé au centre après pliage.
Cliquez pour agrandir l'image
pliage, ajustage
Cliquez pour agrandir l'image
tout est prêt
Cliquez pour agrandir l'image
ajustages
Cliquez pour agrandir l'image
un peu d'étain
Cliquez pour agrandir l'image
étamage
Cliquez pour agrandir l'image
terminé

montage de la cabine

pour laquelle il faut prévoir des supports pour le toit.
Cliquez pour agrandir l'image
Toujours dans de la tôle, les supports horizontaux et le raccordement pour l'avant.
Une fois les réglages terminés, on soudera à l'étain les parties qui se superposent au pliage.
Cliquez pour agrandir l'image
Premier montage pour vérifier les éléments et les ajuster si nécessaire.
Cliquez pour agrandir l'image
Encore une vérification.
Le montage à l'avant est soutenu par deux ronds de 3 ou 3,5 ...
Cliquez pour agrandir l'image
... que voici avec, en complément une petite tôle qui va soutenir la carrosserie à l'avant et qui remplace la cale précédente.
Cliquez pour agrandir l'image

Croquis de montage définitif où on trouvera les cotes pour le perçage des derniers trous.

Un montage un peu délicat pour positionner les deux ronds : le mieux est de se servir d'une aiguille pour le positionner et d'approcher par le dessous l'écrou M2.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Encore un gabarit pour le toit.
Cliquez pour agrandir l'image
La position du toit est maintenue à l'arrière par la cheminée.
A l'avant, il faudra ajouter un aimant fixé sur l'élément de raccord des 2 supports.

des détails

Le chauffeur sera assis sur un tas de bûches face à la chaudière.

Prévoir un trou sur le châssis pour sa fixation : goujon M2 collé au bas d'une jambe. Même chose que pour le conducteur
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
le chauffeur
Cliquez pour agrandir l'image
un frein
Cliquez pour agrandir l'image
poste de commande
A l'avant, ajustement d'un tableau de bord en bois que l'on perce de deux trous pour l'enfiler sur les deux ronds.

Si on en retrouve un, on y fixe un manomètre qui ne fonctionne plus ... A côté du volant on peut ajouter un "frein" ...

présentation finale

après peinture à la bombe.
Cliquez pour agrandir l'image
l'essieu avant
Cliquez pour agrandir l'image
la cabine
Cliquez pour agrandir l'image
et c'est terminé !

Et c'est peut-être le moment de l'essayer ...
Cliquez pour agrandir l'image

quelques détails ajoutés


. 2 rétroviseurs dans de la tôle avec réflecteur collé (papier alu sur contreplaqué) qui viendront se fixer sur les supports du toit de la cabine.
Cliquez pour agrandir l'image
découpe
Cliquez pour agrandir l'image
collage alu
Cliquez pour agrandir l'image
collage ctp
Cliquez pour agrandir l'image
montage

. un tuyau de ravitaillement en eau qui sera fixé sur la cabine :
un bout de fil électrique rigide avec sa gaine.

On dénude les deux extrémités et on colle deux embouts en laiton.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

réalisation de la caisse


Elle sera un peu plus large que le châssis (110 au lieu de 100) pour venir se caler derrière la cabine.

Les croquis donnés ne le sont qu'à titre indicatif et servent surtout à prévoir des gabarits ...
Cliquez pour agrandir l'image
les côtés
Cliquez pour agrandir l'image
face arrière et face avant

A partir de ces cotes modifiables on peut construire une caisse en carton et prévoir des bancs, un plancher, ...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Pour la caisse, du contreplaqué de 1 d'épaisseur serait préférable mais, faute d'en avoir, j'ai utilisé du placage de 0.7 d'épaisseur environ qu'il va falloir rigidifier.
On utilisera des baguettes de 3 x 3, 3 x 8, 3 x 10  3 x 15, 2 x 5, 2 x 3, 1 x 3, ...
Assemblage à la colle de menuisier.

Cependant, tout restera démontable pour une remise en peinture éventuelle.
Cliquez pour agrandir l'image
avant et arrière
Cliquez pour agrandir l'image
côté droit
Cliquez pour agrandir l'image
découpe, lime "maison"
Cliquez pour agrandir l'image
assemblage

les personnages

au 1/22,5àme  sont déjà prévus mais il serait étonnant qu'on puisse les garder lorsque le truck roulera !
Cliquez pour agrandir l'image
en ctp de 3 mm
Cliquez pour agrandir l'image
faux plancher
Cliquez pour agrandir l'image
support d'un bac qui sert de raidisseur
Les personnages seront également démontable pour une mise en peinture ultérieure (fixation par vis à bois de L = 9).
Une fixation particulière en prenant l'exemple d'un personnage assis à l'extrémité du banc central :
Cliquez pour agrandir l'image
bout de banquette percé à 2
Cliquez pour agrandir l'image
repérage
 
Cliquez pour agrandir l'image
perçage vertical à 1,6
Cliquez pour agrandir l'image
"rodage" de la vis
Cliquez pour agrandir l'image
Aux extrémités avant, pas assez de largeur pour les jambes ... qui sont coupées !
Pour la coupe, le cutter ne suffit pas, la scie ne scie rien, le mieux est d'utiliser le cutter dont on chauffe la lame avec la lampe à souder.
Cliquez pour agrandir l'image
Tous les personnages sont en place. Il a fallu allonger un peu les bancs latéraux.

Les pieds touchent presque le plancher mais pas le moteur ...
.
Cliquez pour agrandir l'image
La voyageuse assise en bout du banc central.

Son siège est fixé sur le faux-plancher par vis à bois.
Cliquez pour agrandir l'image

la galerie à bagages

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Collage des côtés en s'aidant d'un cadre dessiné sur papier quadrillé qui est protégé par un film plastique.
Montage sur un bout de placoplâtre.
Cliquez pour agrandir l'image
Placer les renforts latéraux et les coins d'équerrage.
Cliquez pour agrandir l'image
Nouveau petit renfort pour augmenter l'épaisseur.
Perçage bien vertical à 1.6 puis réalisation du taraudage avec une vis dont on garde la tête.
Ensuite on peut visser les goujons.
Cliquez pour agrandir l'image
Le plancher avec des baguettes de 2 x 5.
Cliquez pour agrandir l'image
Réalisation des rambardes.
Pour celles de devant et d'arrière, il faudra calculer pour que les pattes verticales centrales viennent au centre d'une latte.
Cliquez pour agrandir l'image
Repérer ne appuyant l'emplacement des montants verticaux puis percer à 1.3 ou 1.4.
Ces montants ne seront pas collés pour permettre le démontage et une nouvelle peinture éventuelle. 
Cliquez pour agrandir l'image

surélévation du toit

qui devrait permettre à la chaleur de s'échapper par une ouverture découpée sur ce toit.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Réalisation des deux arceaux cette fois avec du tube de cuivre de diamètre 1.7.
En haut, une première idée pour la fixation verticale sur le toit avec de la tige filetée courbée en sens inverse aux extrémités. Abandon car on verrait cette tige filetée ...
Cliquez pour agrandir l'image
Filetage des extrémités que l'on forme à la lime en forme de cône. Si on appuie bien avec le pouce au centre de la filière (M1,6), le filetage sera vertical et facile à obtenir dans ce suivre recuit.
Cliquez pour agrandir l'image
Préparation d'une brique réfractaire qui fait presque la largeur des arceaux.
2 coups de scie à métaux en élargissant un peu le trait pour assurer un positionnement vertical.
Cliquez pour agrandir l'image
Positionnement des plats de laiton qui ont été percés. Une brasure à l'argent (lampe à souder) au cas où notre petite chaudière dégagerait trop de chaleur et ferait fondre l'étain !
Si on ne temple pas trop cela va tout seul ...
Cliquez pour agrandir l'image
Fixation de la tôle par vis M1.6 ou M2. Ecrou à l'extérieur.
Cliquez pour agrandir l'image
Il faudra probablement ajuster la hauteur de ces pieds et reprendre le filetage ... à la main.

montage de ces deux éléments

qui est un peu malaisé sur un toit cintré.
Cliquez pour agrandir l'image
La tôle du toit a été cintré avec un tube au départ.
Mais il a fallu continuer avec les pouces  en appuyant sans déformer la tôle de 0,3 de récupération ... sinon on n'obtient pas la bonne courbure.
Cliquez pour agrandir l'image
Méthode longue en se fabriquant un gabarit de traçage ...
Cliquez pour agrandir l'image
report sur le toit
Cliquez pour agrandir l'image
résultat convenable
Cliquez pour agrandir l'image
Ou alors traçage direct sur le toit.
Une méthode simple facilitée par la possibilité de reprendre après perçage les pieds avec une pince tant le cuivre est malléable.
Cliquez pour agrandir l'image

les marches arrières

qui soutiendront une échelle placée à droite.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

montage de tous ces éléments

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

protection de la radiocommande

pour laquelle il est (à mon avis) nécessaire :
. d'isoler au maximum les fils menant aux servos de la température du châssis et de les éloigner de la chaudière
. de protéger le récepteur de retombées de vapeur grasse et chaude (proximité du moteur)
Cliquez pour agrandir l'image
Le récepteur est alimenté par une batterie de 4 piles AAA de 1,5 v maintenue sous le châssis par un petit caisson en tôle; le récepteur sera maintenu en place dans une ouverture découpé sur le châssis.

Un caisson va recouvrir le récepteur et protéger les prises qui en sortent. Il servira de plus au support du faux plancher. Petite vis spéciale pour faciliter le serrage.

Sur la droite, deus plats de laiton fixés au châssis supportent le fil arrivant du servo de direction.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

finitions de la caisse

où il s'agit de cacher les joints des assemblages.
Cliquez pour agrandir l'image
Quelle peinture pour les baguettes de recouvrement ?
En polynésie, on aime les couleurs vives et mon choix s'est porté sur le rouge fréquemment utilisé ...
Cliquez pour agrandir l'image
La peinture des chants de baguettes est pratiquement impossible quand elles sont collées.
un truc : on les coupe un peu plus longues et on les colle sur du papier pour carrosserie. Il suffit alors à la bombe de les peindre sans oublier les côtés.
Cliquez pour agrandir l'image
Après 2 heures de séchage, on décolle les baguette et on le passe dans un chiffon qui va enlever les bavures.
Nouveau collage, deuxième couche, et passage au chiffon. C'est prêt à coller après mise à longueur.
Cliquez pour agrandir l'image
Collage à la colle de menuisier en enlevant immédiatement les traces de colle qui dépassent.
Petit pinceau pour peindre les extrémités de quelques raccords et des extrémités de baguettes. Même peinture issue de la bombe que l'on recueille dans un godet.
Cliquez pour agrandir l'image
arrière
Cliquez pour agrandir l'image
collage de l'autocollant sur du carton de 8 de largeur
Cliquez pour agrandir l'image
avant
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

essai final


On commence par vérifier le fonctionnement de la mécanique et on corrige si nécessaire (le montage a beaucoup été manipulé !).

On suit par un essai sur la "route"".

On continue avec le montage complet ...

Cependant, comme je le dis, faire rouler une caisse en bois est assez stressant ... Il est probable que si je veux faire rouler ce véhicule qui ne demande que cela, il sera construit une caisse en tôle qui n'aura pas à souffrir d'un dérèglement éventuel du brûleur.

problèmes de moteur, solutions et trucs

Le T.T.T. fonctionne bien les 5 minutes que je lui demande mais, en faisant le plein de la chaudière, je m'aperçois que le moteur consomme beaucoup trop.

Une petite recherche qui peut vous intéresser dans ce fichier à télécharger :

Et,tant qu'à faire, 5 trucs pour obtenir ce que l'on voit sur cette vidéo
:

essai final


Cette fois l'aventure est terminée.

Après beaucoup d'hésitations, un essai avec la caisse en bois sans remplir vraiment le réservoir de gaz ...

Et j'ai eu tort car la caisse n'a pas souffert, à peine chaude !

pour construire une caisse plus simple

et pourquoi pas en tôle pour se rassurer.

Pour la réaliser, je me suis servi du gabarit de la caisse. Les ouvertures des fenêtres sont grillagées et on colle une porte arrière qui servira à faire monter et descendre les chevaux ...

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Pour soutenir cette caisse et la maintenir : un plateau de contreplaqué et un écrou en forme de croc de remorque.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

d'autres modèles ...

Le véritable imaginaire se réduit de plus en plus de nos jours. Il suffit de penser à un projet, d'aller faire un tour sur internet et on trouvera un tas d'idées pour le réaliser ...
Voici une banque de photos bien utile pour construire un autre modèle en cliquant sur le lien:
Cliquez pour agrandir l'image
camion Chaboche
Cliquez pour agrandir l'image
camions Purrey-Say
Cliquez pour agrandir l'image
autobus Purrey
Cliquez pour agrandir l'image



Une photo de Michel SOULABAIL qui a bien connu la Polynésie : un truck plus récent que le mien devant la mairie de Papeete.


A suivre avec la peinture des personnages ...
Cliquez pour agrandir l'image
Qui sait ? Pour faire plaisir à mon ami Max ROUSSEAU nostalgique de la polynésie, ajout d'un pareo à nos vahines ...
Il dépassera sous le pull car, en cette période il fait frais :début de l'hiver chez nous!

album terminé ... pour la construction.

Des commentaires ? Des questions ?  ...  écrivez-moi


Copyright (C) 2008-2020 Tous droits réservés.albums mis à jour le : lundi 12 octobre 2020