l'album de André DEBOUZY

Une réalisation rare : une chaloupe animée par un moteur Stirling et construite par André DEBOUZY
Cliquez pour agrandir l'image

reprise des travaux sur La COROLE

"Suite à des pannes de mon  moteur à air chaud (blocage du déplaceur (en alu) qui touchait la périphérie du cylindre avec arrachement de métal que je voulais réparer,j'ai rangé provisoirement mon “groupe vapeur instantanée” sur lequel je travaillais.
A cette occasion, j'ai donc repris l'entretien et la révision de ma chaloupe “La corole”, pour mes prochaines expos avec  mon Club.
J'ai eu beaucoup de difficultés d'ailleurs  à maîtriser la concentricité en fonctionnement du déplaceur (porte-à-faux important, flexibilité de son axe, son guidage ayant pris trop de jeu, précision de fabrication approximatives, ..en étaient la cause).
J'ai réussi à améliorer tout cela; la fiabilité se révélera lors de mes navigations futures."

D'autres photos.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

André et la vaporisation instantanée


"J'ai repris mon  projet de chaudière à vaporisation instantanée, sur la base de la chaudière de Rudy Mémin.
J'ai provisoirement abandonné le bruleur céramique qui n'était pas satisfaisant.
Je l'ai , vite fait, transformé en 3 rampes à flamme vive, avec gicleur de 0,2 mm.
Le moteur est celui de 0,35 cm3, que j'ai fait comme tu sais, selon tes plans.
Le résultat est positivement  étonnant.(et peut-être, détonnant pour le moteur? !)

J'ai un réservoir tampon de diamètre 50 mm et 190 mm de long rempli d'eau à la moitie et gonflé à 3 bars.
Je craignais que la pression diminue vite mais ce n'est pas le cas. Elle a diminué rapidement mais c'était dû à des fuites que j'ai eu du mal à traiter. Il s'agit en effet d'adaptation à la va vite."
Cliquez pour agrandir l'image
Le moteur de 0.35 construit par André : voir les plans et sa construction dans cet
""Au départ c'était un bruleur céramique que j'ai transformé vite fait en brûleur classique en le recouvrant avec une tôle perforée de l'intérieur pour que la bavure résiduelle contribue à accrocher la flamme (je crois),  et sans la céramique.que j'ai oté.
L'essai que je présente est effectué à partir d'une cartouche de butane que j'ai plongée dans l'eau à bonne température (21°) car dans mon atelier il fait froid (actuellement 9°C. et de la neige dehors. Ce n'est pas la Polynésie.!
.
  • Dimension du bloc 90x110x30 de Haut,
  • 3 Rangées de 25 trous de  >1mm de diamètre (1,2mm dans ce cas)
  • Distance entre rangée 30 mm
  • Un peu de laine d'acier à l'intérieur sans garantie d'un résultat optimum.
  • Les "rampes sont à 18mm du bas des serpentins.
Le résultat est correct. "
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

un montage qui s'affine

"Dans la version nouvelle mouture :
  • Réservoir de 110 mm de long, diamètre 60 mm
  • Quantité d'eau mise dans le réservoir: 22 cl, et le reste du volume gonflé à 4 bars,
  • A fonctionné plus de 15 mn. Il restait encore eau et pression air.

Le moteur tournait à 2400/2700 t/mn; avec des variations du régime. Sans doute des “vagues d'eau dans le serpentin oscillant entre chauffe et refroidissement.
  • Une petite hélice plastique de bateau de 45 mm en guise de charge était montée sur l'arbre moteur.

D'autres essais avec des mesures plus rigoureuses devront être exécutées."   

reprise des essais

Toutes les observations et remarques d'André se trouvent dans ce document
que vous pouvez télécharger en cliquant sur l'image.

le moteur : des recherches d'André pour l'améliorer

Le point sur le développement du groupe à vaporisation instantanée:

  • Suite à une usure très forte, j'ai rechargé la tête de bielle à l'étain (à comparer avec “le régul”).ça à l'air de tenir.
  • J'ai remplacé le maneton du vilebrequin qui s'était avéré très ovalisé (bien qu'en acier, tournant dans un palier laiton).
  • J'en ai profité pour remplacer aussi l'arbre du vilebrequin.
  • J'ai remplacé l'axe de piston, mais il y a de nouveau du jeu à cette endroit. Il me faudra refaire en plus long le coussinet du pied de bielle pour avoir une portée plus importante.
  • J'ai refait (en mieux) la coupelle de téflon du piston. Téflon qui tient bien aux températures rencontrées.

  • J'ai refait le tiroir qui avait pris un jeu excessif avec des pertes de vapeur importante.
...et là j'ai revu la conception du tiroir, à savoir:
  • J'ai inversé l'échappement et l'admission. La position de l'excentrique à été repositionnée en conséquence.
L'échappement se fait par le haut du tiroir dans un conduit intérieur. Le trou oblong n'existe plus sur cette nouvelle version, je l'ai bouché en attendant peut-être d'être utilisé pour la lubrification plus tard (?).
Le perçage du tiroir est ainsi plus facile.

Les essais sont impressionnants et le moteur semble encore plus “débridé” par cet échappement “plus libre”.
Je pense aussi qu'un simple trait de scie en biais partant du trou d'échappement, orienté en haut du tiroir (encore plus simple que percer 2 trous perpendiculaires est à essayer.
...ou raccourcir le tiroir pour le ramener au niveau du trous d'échappement  du cylindre; ainsi la mis à l'air libre de l'échappement sera on ne peut plus directe. mais l'étanchéité du tiroir peut s'en ressentir puisque seulement 4 mm séparent le haut du tiroir du trous d'admission.

Je pense avoir simplifié ce moteur (pour mémoire, j'avais déjà supprimé l'échappement en bas du cylindre moteur.
 
Documentation :
Cliquez pour agrandir l'image
André  a utilisé un plan que l'on peut trouver chez Bateau Modèle
http://www.bateaumodele.com/boutique.php?idBoutique=1
Cliquez pour agrandir l'image
Une brochure de Rudy MEMIN (cahier n° 9) existe aussi à la CAV
https://www.cav-escarbille.com/vap_shop.htm
Cliquez pour agrandir l'image

la construction d'un "PLOMBE" et de son inverseur

Une nouvelle réalisation d'André,qui nous offre ses remarques .Pour lemoteur, il s'est inspiré de cet
moteur plombé 1 et 2

Le moteur

J'ai retrouvé dans mon fourbi les éléments (approximatifs ) de plomberie et les ai repris au tour selon les plans en m'inspirant des 3 types de « plombés ».

  • J'ai fais une mofication du façonnage du vilebrequin à savoir :

. j'ai remplacé les plats par un rainurage de 2 mm, plus adapté je pense. Ainsi la surface périphérique du vilebrequin reste plus importante, donc l'étanchéité doit y gagner.

. J'ai ajusté à la lime aiguille, le début et la fin de la rainure pour qu'elle correspondre précisément à l'admission et à l'échappement, en fonction de la position du piston PMH et PMB.(contrôle en soufflant dans le tube d'alimentation/échappement de vapeur (c'est très précis).

Le fonctionnement du moteur est très bon.

  • Pour pouvoir passer l'alésoir de 10 sur toute sa longueur, j'ai percé le bas du bloc moteur ; je ne voyais pas comment faire autrement.
En fixant le moteur sur une embase par 4 vis de M2 (aux quatre coins), ce perçage est ainsi obturé.

  • J'ai fixé la culasse par 6 vis M2 à chaque pointe de l'hexagone, étanchée par un joint confectionné à partir d'une feuille de téflon de 25/100.

 
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

l'inverseur


  • J'ai acheé 3 pignons d'angle de 15 dents module 1,diamètre extérieur de 16mm (chez les Chinois car en France ça m'a paru compliqué et très onéreux).

  • J'ai utilisé un morceau de profilé de récupération. (une simple cornière de 30x30 à 90° suffisait).

  • J'ai surfacé  les pignons au tour, la longueur des dents  ramenée à environ 3mm.. Pas besoins de plus eu égard aux puissances en jeu, le  frottement est aussi plus faible.

Ainsi, j'ai gagné suffisamment d'espace pour y loger un clabot (!), (ou crabot je crois que les deux termes sont justes).
Cette pièce rainurée, solidaire (mais mobile) de l'arbre de transmission ,est mue par une fourche qui la fait passer d'un pignon à l'autre et enclanche donc l'un ou l'autre.
Ces pignons qui se font face sont reliés par un pignon intermédiaire tournant en sens opposé l'un par rapport à l'autre. Les inverseurs des moteurs hors-bord fonctionnent ainsi.
Chaque pignon est muni d'un picot de diamètre 1mm (un clou) sur 1,5 mm de long.
Le clabot sur chacune de ses face à aussi un picot.

Le fonctionnement est impeccable ; l'engrènement est net et  à 100 %.

Le bon fonctionnement nécessite quelques réglages , il y a des pièces qui interférent les une sur d'autres .

Je n'ai pas de plan, le travail avançait selon l'inspiration du moment avec quelques petits croquis sur des bouts de papiers gras inexploitables.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

reprise des essais de vaporisation instantanée

Cliquez pour agrandir l'image

"Malgré une température basse dans mon atelier (9°), avec courage (!), j'ai filmé ce groupe sur lequel l'inverseur, évoqué précédemment, à été monté et commandé par radio.

Pour valider et rendre significatif cet essai j'ai prolongé l'arbre de sortie de l'inverseur par une hélice de 40mm immergée. Cela fait un bel ensemble dont, plus tard, l'animation d'un  bateau en sera la  consécration.

Il me faut faire encore bien des essais.



A noter que l'essai a été interrompu car l'hélice a été éjectée (serrage sur l'arbre insuffisant). Il est vrai que les inversions successives par les à-coups mettent à mal la tenue de l'hélice." 


Copyright (C) 2008-2021 Tous droits réservés.albums mis à jour le : mardi 4 mai 2021