l'oscillant désaxé : étude théorique et construction

Une conception qui surprend  : un oscillant avec deux échappements et l'axe du sabot qu'on déplace ...et on obtient la marche avant, la marche arrière et du ralenti ! 

Cliquez pour agrandir l'image
moteur en cours d'usinage
Cliquez pour agrandir l'image

version vapeur
Cliquez pour agrandir l'image
aspect semi-maquette ?
version air comprimé

1 moteur, 2 versions

1 - version air comprimé

permettant d'utiliser la configuration semi-maquette avec sa tuyauterie tarabiscotée :
les essais à la vapeur sont négatifs car l'échappement, trop important provoque la condensation de la vapeur qui retourne au moteur ... et l'empêche de tourner correctement !

2 -  version vapeur

parce que c'est avant tout un moteur à vapeur :
cette fois, un échappement simplifié et direct avec l'envoi vers un déshuileur, plus de manomètre ni de sifflet qui seront montés sur la chaudière, le graisseur et la vanne-vapeur seront également à la sortie de la chaudière ...
pour un meilleur suivi du texte
télécharger les croquis,
c'est le pied !

le point de départ

Quelques échanges de courriels avec Marc MAURIN et il ne m'en fallait pas plus pour me passionner pour le moteur dont il me parlait et qui offrait la possibilité d'une inversion de marche.
Marc construit une locomotive  Meccano, la Nolfa (c'est ce que j'avais compris mais il faut lire les précisions de Marc ci-dessous) dont le moteur oscillant horizontal est monté ainsi :
Cliquez pour agrandir l'image
A gauche, le moteur est maintenu par son ressort sur l'inverseur. Sur le haut et à droite, une tige de commande qui va permettre de pivoter l'inverseur et, de ce fait, déplacer le l'axe du moteur.
Cliquez pour agrandir l'image
l'inverseur plaque sur le support grâce à un ressort; le trou de gauche va recevoir le pivot du moteur.
Cliquez pour agrandir l'image
L'axe de l'inverseur est soudé, une lumière en haricot permet le déplacement du pivot du moteur.
Cliquez pour agrandir l'image
A droite, on voit bien le trou derrière la lumière qui va recevoir le pivot du moteur, moteur qui va osciller sur cette glace : à droite, le côté inverseur avec (ajouté par Marc) des vis qui limitent le débattement et les entrées de l'admission (au centre) et des échappements (sur les côtés).

Des précisions apportées par Marc que je remercie:
"L 'expression''Nolfa de Meccano'' doit être rectifiée. Après de multiples recherches sur internet et dans ma documentation, je n'ai trouvé qu'un seul ensemble vapeur Meccano, moteur horizontal et chaudière verticale, cet ensemble étant vendu seul pour équiper le super modèle ''Pelle à vapeur ou Excavateur mécanique''. Le nom de Nolfa me semble être la propriété du directeur d'Atlantrain à St Just-Luzac qui a dû s'inspirer du système d'inversion Meccano pour créer son moteur et monter avec des pièces Meccano une petite loco voie de 45mm, qu'il a baptisée Nolfa .Il avait édité une notice permettant la construction de cette loco et vendait des tubes cuivre pour les personnes désirant construire la chaudière. Ne retrouvant pas ces jours-ci dans ma doc l'ensemble de cette notice , j'avais écrit au directeur pour lui demander si elle était toujours disponible. Ne recevant pas de réponse et pensant que son site internet était peut-être périmé, j'ai téléphoné à la mairie qui m'a appris la triste nouvelle de son décès au début du mois d'août."

Cliquez pour agrandir l'image
Un procédé utilisé également par MAMOD dont Marc a retrouvé une photo. Cette fois, il semble que les axes, celui du moteur et celui de l'inverseur, soient confondus.
C'est celui-là que j'avais imaginé pour la construction verticale de la semi-maquette d'un moteur qui a bien dû exister  ...
Procédé également connu cher BLING ai-je appris sur le forum Blooo



Petit exercice de style car, à part la joie de le concevoir et de le construire, ce moteur ne servira probablement qu'à allumer une lueur d'intérêt chez un de mes visiteurs.
Une commande va permettre de préparer le changement du sens de rotation, on poussera le volant et le moteur tournera, on pourra obtenir le ralenti ... pour changer de rotation, on agira sur la commande et on poussera le volant dans l'autre sens...  Une manette permet d'embrayer le moteur ou de le débrayer ...

petite étude théorique

Comme d'habitude, les plans ne sont donnés qu'à titre indicatif. On peut les modifier pour obtenir un moteur d'une cylindrée plus importante ou une autre disposition ...
Cliquez pour agrandir l'image

le moteur

On commence par le déterminer : cylindrée, diagramme et cotes.

Avec un cylindre de 10 x 12, et une course de 10, on obtiendra une cylindrée de 0.785 cm3.

1 .  le bouchon en laiton sera soudé à l'étain
2 . pour l'instant, on prévoit un espace de 1 mm entre le chapeau et le haut du piston au PMH. Cette cote pourra changer facilement en fonction du trou percé dans le sabot car il s'agit d'un monocylindre à simple effet et il suffira de régler la longueur de la tige du piston pour que cet espace soit égal à la moitié du diamètre du trou.
3 . piston à coupelles de téflon d'une épaisseur totale de 4.5 mm
4 . tube de laiton de 10 x 12
5 . guide la tige de piston (sinon elle va se promener et le moteur n'oscillera pas ; blocage par vis M1.6 et perçage de 4 trous de diamètre 1 pour éviter une contre-pression
6 . vérifier que la chape ne vienne pas buter sur le guide
7 - blocage de la chape par un contre-écrou
Pour obtenir un modèle assez trapu, la distance entre les axes est réduite à 25. Cela permet aussi d'obtenir une distance entre les trous d'admission et d'échappement plus grande : en effectuant les calculs, on trouvera que X = 2 fois 1.836.

Pour ce premier croquis, on peut revoir l'album :
dessiner un moteur oscillant à simple effet
Cliquez pour agrandir l'image

fonctionnement

Pour obtenir le changement du sens de marche sur un oscillant monocylindre qu'il soit à simple ou double-effet, on inverse l'admission et l'échappement. Ceci bien entendu sans système mécanique.

. en 2, on retrouve notre moteur basique à la différence que, cette fois, on aura 3 trous au lieu de 2 : le central pour l'arrivée de vapeur et un de part et d'autre pour l'échappement. Si l'échappement se produit d'un côté, notre moteur tournera dans un sens; s'il se produit de l'autre, il tournera dans l'autre ... et, pour y arriver, il suffit de déplacer l'axe d'oscillation du moteur

. en 1 , l'axe d'oscillation a été déplacé vers la droite ; il tournera dans un sens
. en 3 . l'axe d'oscillation a été déplacé vers la gauche ; il tournera dans l'autre sens

Le déplacement du trou du sabot (X) sera toujours le même.

Cliquez pour agrandir l'image

étude plus poussée

Il était probablement possible de faire partir l'inverseur de O'  avec cependant un frottement gênant ... j'ai préféré la solution d'un inverseur décalé en O" ...

1 . tracer la tangente partant de A : intersection du diamètre 18 et le l'axe O O' O"
2 . tracer un arc de cercle en partant de O" (axe du déplacement de l'inverseur) jusqu'à O (centre d'oscillation)
3 . en partant de l'intersection obtenue avec la tangente ( nouveau centre d'oscillation en position extrême) tracer l'arc de cercle matérialisant l'oscillation du trou du sabot
4 . en partant de ce nouveau point d'intersection, tracer la seconde tangente B qui passe par O
5 . tracer le nouvel axe C sur lequel se trouve le trou du sabot avant toute oscillation
6 . la lumière : certes, on peut essayer de l'ajuster notamment pour la limite du débattement mais on peut aussi choisir la facilité en perçant cette lumière un peu plus grande qu'elle ne devrait l'être : perçage à 3.5 au lieu de 3 à un entre axe de 3 - il existe un autre moyen de limiter le débattement et le jeu en hauteur n'existe pas si on réalise bien l'axe de rotation de l'inverseur.

Constatations pour une réalisation simpliste :
. lorsque le trou du sabot va venir "chercher la vapeur", il n'atteint pas exactement l'axe O O' O" sur lequel se trouve A ; il faudra donc que le trou d'admission vapeur soit plus grand que le trou du sabot
. pour se faciliter le traçage, les trous d'échappement seront percés à 4 de l'axe O O' O"
. pour être certain que l'échappement se fasse correctement, il faudra que les trous soient également supérieurs à celui du sabot.
Cliquez pour agrandir l'image

les trous, les trous ... l'âme du moteur à vapeur

Voici comment ils sont disposés sur mon moteur en prenant une cote de 1.9 au lieu des 1.836 obtenus par le calcul et limitant voire supprimant  de ce fait la première constatation.

. sur une droite, et ce n'est pas la meilleure disposition : il faudrait tracer l'arc de cercle avant de pointer à 4 de part et d'autre de l'admission !
. le moteur fonctionne bien mais on peut réduire l'espace mort de 0.5 en perçant à 2.2 ou tout au moins à 2.1au lieu de 2 ... petit truc à faire lors du remontage.
J'ai fait cette opération en reperçant à 2.1 et le moteur "pédale" mieux.

une construction plus "professionnelle" ?

Pour cela, il suffit d'opérer le traçage sur le bâti comme sur le croquis de l'étude.
Toutes les intersections seront pointées et il suffira de percer au bon diamètre.
Réalisée correctement avec un foret de 3, la lumière doit servir d'arrêt du déplacement de l'axe du moteur dans un sens ou l'autre et le montage décrit plus loin peut devenir inutile.

les plans, la construction

le bâti

Il est réalisé pour la face avant en laiton de 2mm et pour la face arrière en alu de 5mm, alu aussi de 5 pour la pièce intermédiaire.
N'ayant plus de roulements, j'ai essayé un truc remis maintes fois à "plus tard", des "roulements en téflon.
Cela fonctionne très bien, mais il faudra encore être plus attentif pour le perçage des trous les recevant.
Cliquez pour agrandir l'image

Vue de face et de profil : il s'agit de l'interprétation simplifiée avec les perçages des trous d'échappement et d'admission à 2 sur une horizontale et une lumière à 3.5 sur un entraxe de 3.
Cliquez pour agrandir l'image
La face arrière : en pointillé, une reprise à la fraiseuse possible pour que le capot vienne bien s'ajuster à la face avant : à effectuer selon l'épaisseur de la tôle utilisée. Cette reprise éventuelle ne se fera qu'après les opérations de perçage.

En 1, de part et d'autre, M2 pour la fixation du capot.
En 2, sur le haut, M2 pour la fixation de la lumière qui recevra la manette d'embrayage.

En rouge, u,e idée de la disposition des roues dentées droites pour le débrayage et l'embrayage.

La pièce intermédiaire a des dimensions de 44 x 17 pour une épaisseur de 5. Deux trois de 3 aux extrémités pour la fixation.

Pour obtenir un alignement parfait des trous des axes, les pièces sont percées ensemble.
Cliquez pour agrandir l'image
perçage de la pièce avant
Cliquez pour agrandir l'image
serrage de la pièce arrière sur la pièce avant, bien à ras des bord et de la base
Cliquez pour agrandir l'image
perçage des 2 trous de 2.2 puis serrage avec vis M2 en se servant d'un d'un plan bien dressé
Cliquez pour agrandir l'image
perçage de l'emplacement d'un vis intermédiaire (diamètre 2) et serrage, toujours vérifier le bon alignement
Cliquez pour agrandir l'image
perçage progressif pour arriver au diamètre 6 pour les trous recevant les "roulements"
Cliquez pour agrandir l'image
vérification de l'alignement avec un rond de 6
Cliquez pour agrandir l'image
préparation et pose des "roulements"
Cliquez pour agrandir l'image
vérification du bon fonctionnement
Pour la réalisation des "roulements", 
trucs et astuces 3 - 39
Cliquez pour agrandir l'image

le cylindre et son sabot, le piston,la chape, la boîte à vapeur et le disque de vilebrequin


Un oscillant tout simple qui "déménage" malgré le tout petit trou de diamètre 1.2 du sabot.

Tout ce qui va avec est de construction classique : cette fois, pas de collerette et de fixation du chapeau par vis, mais une soudure à l'étain. Si ce chapeau déborde, c'est en pensant à une amélioration de la présentation ...

Le guide est absolument nécessaire pour cet oscillant à simple effet.

Un nouveau truc cependant pour l'introduction des coupelles de téflon qui n'aiment pas tellement qu'on les forces .... à voir en cliquant sur le lien ci-dessous et en allant à la fin de l'album.
les coupelles de téflon
Cliquez pour agrandir l'image
cylindre, sabot et chapeau
Cliquez pour agrandir l'image
mise à la cote du cylindre et du sabot
Cliquez pour agrandir l'image
piston et chape
Cliquez pour agrandir l'image
la boîte à vapeur soudée à l'étain

Un petit truc pour souder cette "boîte" bien dans l'alignement du trou d'admission de vapeur : passer dans ce trou un tube d'alu de diamètre 2 et enfiler la boîte dessus ...

l'inverseur

l'équerre qui permet le déplacement du pivot du sabot

Profitant de l'expérience de l'oscillant masqué, cette équerre est serrée en même temps que le sabot par  le même ressort : le trou de 3 reçoit le pivot et l'équerre le déplace à travers la lumière.

Il est constitué d'une équerre en tôle de laiton de 1 mm d'épaisseur.

On pourrait penser à installer en bout et tout simplement une poignée ... j'ai préféré l'aspect semi maquette. De plus, si on veut maintenir le moteur en marche d'un côté ou de l'autre, il faut continuellement maintenir la poignée ...
Encore un truc à étudier.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
pour la soudure à l'étain , même truc : petit tube d'alu et c'est parfaitement centré
Cliquez pour agrandir l'image
on aperçoit le pivot du sabot

Les essais avec la vis M2 ne sont pas bons (léger déplacement vers le haut) et il faut se confectionner à partir d'un hexagonal de 4 un axe de diamètre 2 que l'on soudera sur le bâti
Cliquez pour agrandir l'image
comme ici
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

la mécanique de l'inverseur


Au départ, une tige filetée M3 dont une extrémité est décolletée à diamètre 2 sur 1.5 mm.
On perce ce côté à 1.2 et filetage à M1.6.
La vis devra être enduite de frein filet.

Une équerre maintient le bas du mécanisme.

Un écrou M3 percé et taraudé sur une face reçoit un bout de tige M2: soudure à l'étain. C'est cet écrou qui va provoquer le mouvement de bascule de l'inverseur.

Au sommet, un volant serré par deux écrous M3 qu'on a réduit en épaisseur.

Sur la tige filetée, de part et d'autre de l'écrou, des écrous vont assurer la limitation du mouvement (la lumière est plus grande que nécessaire !).
Cliquez pour agrandir l'image
Confectionner 4 écrous à partir d'hexagonal de 4 : percer à 2.5 et tarauder à M3.
On pourra aussi s'en confection deux à M2 pour serrer le montage sur le bâti et l'inverseur : usinage inutile si on possède des clés permettant de passer entre le support et le contre-écrou.

Cliquez pour agrandir l'image

Les écrous permettant la limitation du débattement ne sont pas encore en place ... Je n'y avais pas pensé !

Le serrage sur le bâti et sur l'inverseur doit permettre à peine la rotation sinon on ne pourra pas stabilisera tige filetée et le régime va varier.
Cliquez pour agrandir l'image

Les voici installés, il ne reste plus qu'à procéder au réglage pour que, en faisant tourner le volant d'inertie ça démarre au premier coup ...

Le réglage de ce mécanisme n'est pas facile :il faut trouver une position sur le bâti qui ne souffrira aucune vibration.

Cliquez pour agrandir l'image
au départ, la tige filetée entre directement dans l'équerre et le jeu (nécessaire pour que l'équerre tourne un peu) est trop grand
Cliquez pour agrandir l'image
Le remplacement de l'écrou sur l'inverseur par un ressort est excellant : bon placage sans gêne pour le mouvement.
Par contre, mon essai de ressort en bas de tige filetée est à refaire : trop de débattement.
Cliquez pour agrandir l'image
Un ressort plus fort, mais trop long ... bon pour un nouvel essai !
Cliquez pour agrandir l'image
Et cette fois, c'est tout bon : 4 spires d'un ressort fort (05 de diamètre du fil inox).
Cliquez pour agrandir l'image
Petit truc pour le montage du ressort : desserrer les écrous de repérage et ne pas oublier de remettre du frein filet sur la petite vis en bout ...
Cliquez pour agrandir l'image

embrayage et débrayage


Une petite fantaisie supplémentaire ...

On peut se servir du moteur tel quel, mais l'aspect semi-maquette sera plus intéressant avec un levier permettant cette opération :l'embrayage se fera une fois le moteur lancé dans un sens ou l'autre.

Il faut dire qu'il m'a posé quelques problèmes, le moteur se bloquant dès que j'appuyais le levier ... A cela deux raisons :
. monté rapidement pour les essais de l'inverseur, l'axe inférieur n'avait pas été contrôlé et présentait un "gros" point dur !
. une fois ce problème revu, même blocage ... et, en observant de plus près la roue dentée en plastique, je m'aperçois qu'elle ne tourne pas rond et légèrement en biais ! Démontage d'un autre moteur et remplacement par une roue dentée en laiton et ... c'est tout bon.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Deux plaquettes de laiton de 1 d'épaisseur enserrent les roues dentées.
Une vis M2 est soudée pour servir d'axe à la roue du haut.

Commencer par monter celle du haut qui va venir se "frotter" à la roue dentée du moteur mais, ne pas bloquer les écrous .
Cela permettra de faire pivoter la plaquette pour glisser sur l'axe de pivotement la rondelle de téflon de 0.5, puis la roue dentée du bas, puis la rondelle de téflon qui sert à rattraper l'épaisseur ... on bloquer une fois ce montage effectué.
Enfiler le ressort et un écrou M2 qui sera bloqué sur le bâti avec un autre écrou.

Le ressort va donner une certaine élasticité au montage : cette élasticité doit être sensible lors du montage de la face arrière.
Ainsi, le levier pourra venir se bloquer dans une encoche et maintenir la position d'embrayage.
Pour débrayer, on ramènera le levier sur le côté puis en arrière.

les essais

à l'air comprimé
à la vapeur

Bonne surprise, le moteur a démarré du premier coup. Réglages fastidieux avant l'installation des écrous de fin de course mais désormais c'est tout bon.
Malgré la faiblesse du trou du sabot, ça déménage !

Constatation : le changement de position du sabot est "longue"  (serrage ou desserrage de la vis M3) si bien que, pendant un certain temps, la pression agit mais ne trouve pas à s'employer ... si bien que ... mon sabot s'est décollé (pression trop forte) et que le pivot s'est desserré  ! Pas facile de retrouver le ressort qui doit être plutôt fort.!

Moteur, dans cette configuration à employer, je pense, avec une pression modérée ou ... peut-être une idée de ce qui se faisant dans la réalité, fermeture de la vanne vapeur avant le changement de sens, ou, pourquoi pas, un coup de sifflet prolongé !

des améliorations pour améliorer le moteur et lui donner un aspect semi-maquette

Le moteur fonctionne et on peut se contenter de ce qui a été réalisé, en ajoutant des raccords aux tubes déjà soudés ... mais on peut aussi continuer à s'amuser !

dissimuler le ressort

qui représente la caractéristique de l'oscillant : en le cachant, on ajoutera un peu (un tout petit peu) de mystère.
Cliquez pour agrandir l'imageBout de tube de diamètre approprié soudé sur un plat de 0.5 puis repris au tour et percé à 3.1.
Pour la longueur et le diamètre du tube voir le montage final.
Cliquez pour agrandir l'imageavant : il reste un bout de filetage qu'on peut d'ailleurs agrandir en reprenant l'écrou et en l'amenant à 1 d'épaisseur
Cliquez pour agrandir l'imageaprès : le tube ajouté se fixe par un autre écrou ramené à 1 d'épaisseur, il ne doit pas toucher l'inverseur

un capot

Il est réalisé en tôle de laiton de 0.5 mm. Pour un plus bel aspect, il a fallu reprendre la face arrière.
Problème (il fallait y penser avant) : les roues dentées, dans ce cas de reprise touchent ... Il n'y a plus qu'à ...
Cliquez pour agrandir l'image... découper une lumière.
Petits trous de 1 à chaque extrémité, petite grille de récupération, petits clous en laiton ...
Cliquez pour agrandir l'image... et présentation à l'envers.
On en profite pour percer le trou de fixation qui servira pour le repérage sur le côté de la face arrière.
Cliquez pour agrandir l'imageSoudure à l'étain des clous que l'on coupe ensuite à 1 mm.
Cliquez pour agrandir l'imageLe résultat.
Cliquez pour agrandir l'imageArrondir le coin pour un bon ajustage.
Cliquez pour agrandir l'imageMontage final.

Pour cet habillage, un "patron" en carton avait d'abord été réalisé.

augmenter la stabilité

Le moteur ne tien pour l'instant que par sa base : 3 vis devant et 2 à l'arrière. Cela va finir par bouger et le fonctionnement sera moins bon si les axes deviennent moins libres ...
Pour palier cet inconvénient, il suffit d'ajouter une entretoise : tige filetée M2 avec tube de cuivre ou de laiton.
On pourra aussi se servir de ce tube pour régler la position de notre levier d'embrayage ...

Attention à la prise de cote si on a déjà effectuer la reprise (en rouge).

Et, puisque cette pièce est démontée, on en profite pour repérer puis percer et tarauder les trous pour la fixation du capot.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

la tuyauterie


ou : "Pourquoi faire simple quand on peut compliquer ?"

Voici une petite idée de ce que l'on peut réaliser pour donner à ce moteur un véritable "environnement" et placer notre personnage au poste de commande ...

Le système comportera :

. un double échappement (absolument nécessaire sinon c'est le blocage assuré) avec deux cheminées : amusant de voir l'une et l'autre se mettre à fumer alternativement !
. une dérivation sur l'arrivée vapeur pour commander un sifflet grâce à une vanne
. une vanne générale en amont pour l'alimentation vapeur
Ces deux systèmes pourront être utilisés lors du changement de marche : ainsi plus de pression et pas de décollement à craindre ...
. un graisseur plus ou moins sophistiqué
. des brides rondes pour faire plus joli mais aussi des raccords à visser de petite taille
. sans oublier le manomètre (acheté) tout petit avec sa lyre ...

Alors, dans le désordre :

Cliquez pour agrandir l'imagepas de problème pour nos cheminées, si ce n'est obtenir une courbure identique des tubes de cuivre :
petit outillage - 14
Cliquez pour agrandir l'imagedes brides rondes obtenues en série en procédant comme sur :
accessoires 1 - 15
Cliquez pour agrandir l'imagedes raccords en T pour les accessoires : le même principe que celui décrit ci-dessous sera utilisé pour permettre un raccord éventuel par vissage
accessoires 2 - 6

C'est petit mais c'est long à usiner ...
Cliquez pour agrandir l'imagela boîte à vapeur
Cliquez pour agrandir l'imagele rond de 8 est percé et taraudé à ses extrémités

perçage sur 2 de profondeur d'un avant-trou de diamètre 5
Cliquez pour agrandir l'imagereprise à la fraise de 5 pour obtenir un fond plat
Cliquez pour agrandir l'imagemontage pour la brasure : les embouts filetés sont percés à 2 avec passage du foret à centré puis mis à la même longueur

bien vérifier l'alignement et l'équerrage avant le serrage
Cliquez pour agrandir l'imagebrasure réussie

tant qu'à faire, on se confectionne deux vis pour la fermeture des extrémités : tige M3 et écrous
Cliquez pour agrandir l'imageserrage dans l'étau de nos 3 embouts et usinage du plat
Cliquez pour agrandir l'imageperçage : 2 tous de 2.5 pour les échappements et un trou central de 2 pour l'admission
Cliquez pour agrandir l'imageen profiter pour vérifier que tout communique bien
Cliquez pour agrandir l'imagefinir le perçage des embouts : enfiler l'embout sur le foret puis régler et serrer l'étau
Cliquez pour agrandir l'image

la boîte à vapeur d'origine est dessoudée et on la remplace par celle-ci : petit tube en alu pour assurer le centrage avec le bâti, équilibrage des côtés et serrage avant soudure à l'étain ...
Cliquez pour agrandir l'image

la barre d'espacement va permettre le maintien des deux cheminées de part et d'autre du sifflet : un usinage facile dans de l'aluminium de 4 d'épaisseur
Cliquez pour agrandir l'imageun traçage en prenant ses aises !

perçage à 4 au centre et à 2,5 sur les côtés
Cliquez pour agrandir l'imageexécution des pans inclinés en se servant des trous et de forets de même diamètre : trou central et trou de côté
Cliquez pour agrandir l'imageexécution des plats : trous de côté
Cliquez pour agrandir l'imagemise à longueur et perçage aux bons diamètre : 6.2 au centre et 7.2 sur les côtés
perçage à 1.6 sur les côtés et taraudage à M2 pour le serrage des cheminées
Cliquez pour agrandir l'image



et pourquoi pas une petite plaque gravée pour se faire plaisir ?
trucs et astuces 3 - 41
Cliquez pour agrandir l'image


Des vannes : il en faudra 2, une pour le sifflet et une autre pour l'admission de la vapeur.
Pour ces vannes, une nouvelle construction très très simplifiée mais fonctionnelle et performante :
accessoires 2 - 7
Cliquez pour agrandir l'image

Unelyre pour le manomètre qui se placera juste après le raccord à la chaudière : l'extrémité de la lyre est brasée à l'argent sur un raccord en T. Tube de cuivre de 1 x 2 en cuivre n'ayant plus de tube de 1.5 en laiton spécial. Pour sa fabrication :
accessoires 2 - 5


Il est aussi possible d'améliorer la présentation du moteur par une garniture du cylindre en tôle qui sera peinte : on lui donne ainsi de l'épaisseur.
Cliquez pour agrandir l'imageUn sifflet : et c'est lui qui m'a causé le plus de tracas !
Certes, on coupe en biseau un tube ... et ça fonctionne très bien à l'air comprimé ! Mais quant à la vapeur, c'est une autre histoire.

Quelques jours passés pour trouver enfin la solution qui est exposée ci-dessous :
Cliquez pour agrandir l'image

prêt pour le montage et de nouveaux essais




Il ne manque rien, sauf une poignée en bois !
Maintenant, il reste à assembler toutes ces pièces à l'étain. On ne craint rien car les pièces qui pouvaient de dessouder sont brasées à l'argent.

Finalement ce moteur aura permis d'expérimenter un tas de nouveautés pour les usinages ou la conception des accessoires.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
vue de face et de dessus
les essais ont lieu à l'air comprimé pour les réglages
c'est moins chaud !

Les derniers problèmes :
Cliquez pour agrandir l'imageBeaucoup de jeu dans l'arbre moteur : les roulements en téflon utilisés faute de véritables roulements perdent de leur efficacité après quelques heures. Ils ont été remplacé par des bagues en laiton (faute de bronze. Elles se placent facilement, l'alignement des trous devant les recevoir étant parfait : pas de fixation latérale.
Cliquez pour agrandir l'imageLe pivot du moteur s'use rapidement car il ne porte que sur une faible épaisseur : il a été refait en inox. Rn observant bien la photo, on aperçoit l'usure du métal.

Et un autre, mais il s'agit d'inattention au remontage : la tige du piston est guidée par une bague  bloquée en bas du cylindre par une vis. Et, si on oublie de la bloquer ... la bague se met légèrement de travers et provoque un blocage difficile à déceler !

fin des travaux pour la version à air comprimé

Cette version permet d'exploiter au maximum les options de l'assemblage : démarrage dans un sens ou l'autre après inversion avec la manivelle, embrayage ou débrayage, coup de sifflet, arrêt, ralenti ... sans se brûler ! De quoi intéresser un visiteur éventuel sans grosse mise en oeuvre. A prévoir, un raccord pour le compresseur ....
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

fin des travaux pour la version vapeur

Ici on ajoute un déshuileur et même si la condensation existe encore (surtout avant l'échauffement de l'ensemble), pas de danger pour un retour via l'échappement.

Par la suite, on peut prévoir à la sortie de la chaudière la vanne et le graisseur et on peut positionner un sifflet sur le dôme.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
une idée pour le déshuileur
Cliquez pour agrandir l'image


La fabrication du personnage au 1/12ème fait l'objet d'une description dans cet album de Modélisme en Polynésie :
personnage

toujours le même principe mais une autre façon de voir l'inversion ...

Certains voudront peut-être construire une version plus simple.

Cette fois, pas d'axe spécifique pour l'inverseur car il est pris directement sur l'arbre moteur ... le système de réglage de l'inversion peut ainsi être différent et plus facile à réaliser ...
Cliquez pour agrandir l'image
1 - pas de changement pour les cotes et le traçage général sauf en ...

2 - ou on part de l'axe moteur pour dessiner le déplacement du pivot du moteur et en ...

3 - ou l'on voit que l'oscillation est devenue différente, les trous d'échappement et celui d'admission sont pratiquement sur une droite

4 - un inverseur plus grand

5 - deux roues dentées sans levier d'embrayage : il faudra modifier l'entre-axe si on veut placer d'autres roues dentées pour ralentir ou accélérer par exemple ...


Je ne pense pas construire cette version dans l'immédiat. Par contre, si vous la réalisez, des photos et des commentaires seront les bienvenus.
Pour bloquer le moteur dans un sens ou l'autre, un système moins complexe faisant appel à une crémaillère.

Cependant le dessin de la crémaillère risque de demander plusieurs essais pour que les crans correspondent bien aux positions extrêmes.

En utilisant de la tige filetée de 1.6, on ne dépasse pas l'épaisseur des 3 pièces : inverseur, bâti et crémaillère. Si on veut passer à une tige M2, il faudra prévoir une crémaillère plus épaisse.

Ce montage permet d'obtenir également le ralenti, mais il faudra maintenir la poignée.
Par contre, on peut passer très rapidement d'un sens à un autre, d'où la suppression de l'inconvénient d'une trop forte pression qui peut faire décoller le sabot !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Max ROUSSEAU construit


Max m'a fait le plaisir se s'intéresser à ce moteur et de le construire. Sa version est plus sophistiquée avec un double effet de 3.5 cm3 et un levier qui permet l'inversion immédiate ...

A découvrir dans son album, avec des plans en Pdf et une vidéo.
album de Max

documentation

Tout est parti de MECCANO, alors, grâce à Marc MAURIN qui a retrouvé cette documentation, un peu du rêve de l'enfance ...
Il devait être merveilleux ce groupe vapeur et bien simple d'utilisation !
Vous avez des documents, faites-en profiter tout le monde ...
Cliquez pour agrandir l'image
le groupe -vapeur
...
Cliquez pour agrandir l'image
...  monté sur une pelle à vapeur ou excavateur mécanique


Deux photos de Marc MAURIN : le montage Meccano en version horizontale et en version verticale ... de quoi susciter des envies de création !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

de nouvelles photos ...

Cette fois elles me parviennent de Georges ALAUX : "Voici quelques images  d'une machine ayant servi d'outil pédagogique à un instituteur il y a bien longtemps."

Photos qui, il me semble se passent de commentaire.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image



Autres précisions de Georges : un modèle construit par Monsieur Jean MAILLARD qui entra dans l'enseignement en 1946 - ce merveilleux outil pédagogique qui a dû ravir des générations est désormais chez Nicolas, son petit-fils.

... suivies d'autres

Celles-ci ont été découvertes par Philippe DAUBUISSON : il s'agit d'un tracteur MAMOD utilisant le même type de moteur.

On observera le levier d'inversion.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

.

album terminé

Des erreurs ? Des commentaires ? Des questions ?  ...  écrivez-moi


Copyright (C) 2008-2018 Tous droits réservés.albums mis à jour le : jeudi 13 décembre 2018