l'Alcyon : voiturette de 1907 motorisée à vapeur !

L'Alcyon était une voiturette à fière allure. Plutôt que de la réaliser en maquette statique, j'ai l'intention de la motoriser ... à vapeur.

Cliquez pour agrandir l'image

le modèle réalisé
Cliquez pour agrandir l'image
affiche de l'époque
Cliquez pour agrandir l'image
modèle statique réalisé par le père de Roger Klein
pour construire le modèle statique
télécharger les plans
sur Modélisme en Polynésie
une autre manière de motoriser cette voiturette avec Pascal

quelques documents


Ils sont malheureusement rares, la plupart concernant les motos qui ont fait la réputation du constructeur.

Caractéristiques de l'Alcyon :
          Voiturette 2 places de 7 cv avec une vitesse maximum de 45 km/h
          Des pneus de 650 x 65
          Poids total de 430 kg
          Longueur : 288 cm ; largeur : 135 cm ; empattement : 195 cm


Pour le modèle : un poids de 2, 3 kg ; une longueur de 32.5 cm; une largeur de 23.5 pour un empattement de 23.5. Quant à la vitesse, elle est estimée à 5/6 km/h.
Cliquez pour agrandir l'image
Alcyon type 1 - 1906
Cliquez pour agrandir l'image
siège de fiat à la même époque
Cliquez pour agrandir l'imageL'AUTOGRAPHIE
      ALCYON fut dès 1902 une célèbre fabrique de cycles et de motos réputée pour la qualité de ses produits dont le slogan publicitaire était :
" Légères , Gracieuses et Solides "

    Quatre ans plus tard, la firme se lance dans l'aventure auto en commençant la fabrication de voiturettes à moteur maison dont le châssis était déjà monobloc alors que ses concurrentes devaient se contenter de châssis en bois armé ou en tube d'acier... !
http://membres.lycos.fr/pitcats/autoalcyon.htm
HISTOIRE des MARQUES
La firme connut un réel succès populaire et la publicité de l'époque aimait vanter sa robustesse à toute épreuve, qui fit surnommer l'Alcyon « la vraie voiture du médecin ». En effet, quoi de plus révélateur sur la solidité d'une voiture que la tournée quotidienne du médecin sur un réseau routier pour le moins cassant en ce temps-là.
http://www.mavel.com/forecast/histoire2/alcyon.htm
Bibliothèque Nationale de France
Beaucoup d'idées cependant en allant découvrir ce livre écrit par J.RUTISHAUSER, ingénieur, en 1911 et qui parle du châssis, des essieux, de la carrosserie et de la transmission .
On y trouvera un modèle de châssis pour petite voiture(page 14)
http://rbmn11.waika9.com/Rutishauser_1911.html
Cliquez pour agrandir l'image

les roues ? bizarre, comme c'est bizarre de commencer par les roues !

Matériaux : anneaux de rideaux, contreplaqué de 0,5 pour les jantes, cure-dents pour les rayons et rond de laiton pour le moyeu.

A noter que je n'ai pas respecté le nombre de rayons n'ayant pas encore fabriqué le plateau diviseur le permettant ... Mais, comme de toute manière cette voiture à essence sera à vapeur ...

La description de leur construction à voir dans l'album :

roues diverses
Cliquez pour agrandir l'image


Successivement, le pneu (anneau de rideau), la jante en contreplaqué, un moyeu avant et un moyeu arrière. Les rayons sont des cure-dents en hêtre de diamètre 2.

Le collage sur le moyeu en laiton se fait à l'araldite, et sur la jante, à la colle de menuisier.

les "plans"

En fait, plus que de plans, il s'agit d'un relevé de cotes prises sur le dessin d'un numéro spécial de la revue Système D.
Les proportions sont belles, il faudra essayer de les respecter.

Ce sont les roues qui déterminent le rapport à utiliser ce qui explique que la construction a débuté par ces dernières. Les anneaux ayant un diamètre extérieur de 74 mm et la roue du dessin faisant 27 mm, le rapport de multiplication des cotes du dessin est donc de 2,74.

Il n'est pas certain que toutes ces dimensions seront celles du modèle terminé, mais il faudra essayer de s'en approcher le plus possible pour conserver l'aspect général de la voiturette ...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
:
Ainsi, on obtiendra une voiturette au 1/9 ème.


la démarche : construire tous les éléments devant se placer dans ou sous le véhicule puis "essayer" de les placer dans l'espace imparti. Ainsi, je commence par la description et les plans du châssis et de sa platine, mais en fait tous les autres éléments sont déjà prêts et tous les "trous" ont été percés en fonction de leur implantation ...

implantation : des plans redessinés en fonction de l'espace disponible

Le châssis sera  fait d'une plaque d'alu de 4 mm d'épaisseur et de 80 mm de large qui supportera la chaudière, le moteur, la transmission, le réservoir de gaz avec sa vanne, les servos ... beaucoup de choses à caser !
Sur les côtés, deux plats de laiton et les amortisseurs à lames.
Un modèle à l'échelle a été effectué en ctp pour déterminer l'implantation des éléments et ...leurs dimensions .
Cliquez pour agrandir l'image
vue de dessus pour voir si on placera la chaudière dans 80 mm de longueur et le moteur ...
Cliquez pour agrandir l'image
vue de face pour voir comment placer chaudière et brûleur en respectant l'échelle ...

l'essieu avant

On l'obtient avec un carré de 4 x 4 en laiton qu'il faudra faire recuire plusieurs fois (chauffer au chalumeau - rouge cerise- puis plonger dans un seau d'eau). Une opération moins délicate que je ne le pensais.
Commencer par le centre qui sera cintré sur un tube de 60 de diamètre puis se servir d'un gabarit en contreplaqué ... Quelques ajustements à l'étau et la forme est obtenue. Il sera peut-être nécessaire de redresser latéralement.
Cliquez pour agrandir l'image
traçage du gabarit
Cliquez pour agrandir l'image
gabarit et essieu formé
Cliquez pour agrandir l'image
chape de fusée, fusée et chapeau de roue

Pour le montage des biellettes, il faudra tarauder le carré de la fusée à 1.6 : perpendiculairement au trou de 2 et à 4 du bord de l'arrondi (petit oubli !)
La fusée, tirée d'un carré de laiton de 4 x 4 doit avoir une longueur arrondie au diamètre 3. Pour cet usinage particulier, sans plateau 4 mors, un petit bricolage rapide qu'on trouvera dans l'album :
Cliquez pour agrandir l'image
les chapes des fusées ont été brasées à l'argent, cependant la soudure à l'étain doit convenir
Cliquez pour agrandir l'image
montage provisoire : les fusées doivent pivoter librement autour de l'axe formé par une vis M2
Cliquez pour agrandir l'image
chapeau qui permettra par blocage de maintenir la roue à frottement libre, c'est la partie filetée de la fusée qui sera ajustée

le châssis et la platine

Cliquez pour agrandir l'image


un croquis bien intéressant ... extrait de ce livre disponible sur internet (pages 1 à 17) :

http://rbmn11.waika9.com/Rutishauser_1911.html
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Pour donner de l'épaisseur aux "branches" avant, découpe dans du plat de laiton de 6 (scie sauteuse !) puis soudure sur les deux plats de 10 x 2.


Pour la soudure, étamer l'intérieur de la partie avant, serrer le plat avec un petit serre-joint et chauffer.
Cliquez pour agrandir l'imageIl est important de percer tous les trous des 2 longerons : pour la fixation des ailes, pour les marche-pieds. Il faut aussi tarauder pour les fixations des supports avant et arrière, pour les supports de la platine... sinon il sera difficile de le faire plus tard.

Sur le longeron de droite, 2 taraudages supplémentaires pour fixer les leviers. A noter que les supports de platine qui , par vis, vont solidariser les longerons et la platine ne sont pas sur le même axe (histoire de place !).

Sur la traverse arrière, on fixera par vis à tête fraisée le support d'amortisseur arrière et un petit support de platine placé à l'intérieur.

La platine se retrouvera à 1 mm du bord supérieur des longerons : possibilité de caler la "carrosserie".
Cliquez pour agrandir l'image
Le châssis est terminé. Les longerons et les traverses ont été soudées à l'étain en utilisant la platine comme gabarit pour le maintien par des serre-joints.

A noter que pour faciliter le démontage et le remontage de la platine, les longerons et les traverses font 0.5 mm de plus .

Cliquez pour agrandir l'image

la platine

En alu de 4 mm d'épaisseur, elle vient s''encastrer dans le châssis et supportera tous les éléments qui seront généralement vissés.
Si vous modifiez un de ces éléments, il faudra prévoir une implantation différente.

Je pense avoir été assez précis dans mes relèvements, mais rien ne vaut la présentation de ces éléments pour une vérification , surtout avant les perçages.

Pour les taraudages, bloquer la platine avec un serre-joint sur l'établi, lubrifier abondamment avec du "white-spirit" et opérer de fréquents retours en arrière pour casser les copeaux. On ne se méfie jamais assez des métaux très tendres qui ne le sont pas toujours avec nos petits tarauds !
Les trous prévus pour la fixation du moteur, du réducteur et des équerres porte-essieu son agrandis (boutonnières) afin de pouvoir les faire glisser et obtenir le meilleur alignement et le meilleur contact entre le dernier pignon du réducteur et celui de l'essieu arrière.

Un trou inutile : celui situé au-dessous du passage de câble de servo à l'arrière. Destiné au montage d'une patte serrant la caisse arrière, il est avantageusement remplacé par une vis traversant la caisse (support de récepteur) et venant se placer dans la deuxième boutonnière de fixation du moteur.
Une précision : de part et d'autre du trou de diamètre 10 servant au passage du volant, les deux trous à 16 d'entre-axe sont filetés à M2.

Cliquez pour agrandir l'imagemontage de la platine entre les longerons et les traverses
Il reste à voir la fabrication des éléments fixes que l'on montera dès maintenant sur le châssis et sa platine :
. les supports des amortisseurs à lames à l'avant et à l'arrière
. les marche-pieds
. le support du réservoir de gaz
. le guide pour l'axe de manivelle


les accessoires fixes ou semi-fixes de la platine ou des longerons

Cliquez pour agrandir l'image
marche-pieds
Cliquez pour agrandir l'image
Un petit truc pour obtenir 4 support identiques : une fois le premier obtenu, réaliser la première équerre sur un second rond (recuit sinon ça casse), et la solidariser par un collant avant de placer dans l'étau et de plier ... Coup de lime à l'intérieur pour des angles bien nets !
Cliquez pour agrandir l'image
2 supports pour le réservoir de gaz
Cliquez pour agrandir l'image
guide pour la manivelle
Cliquez pour agrandir l'image
support de l'essieu arrière


Il m'a fallu adopter cette solution pour être certain qu'aucune élasticité ne vienne bloquer ou éloigner le pignon d'entraînement. Les deux vis qui maintiennent les supports à travers des trous ovalisés permettent un déplacement latéral (léger) et l'ajustement au mieux avec le pignon du réducteur.

Sur celui de gauche, on fixera le support de l'embase de la vanne de gaz.
Cliquez pour agrandir l'image


fabrication et montage des amortisseurs à lames de l'avant


Les deux supports qui reçoivent la première lame soutiennent également la platine.

Les pattes avant permettent un réglage (léger mais probablement nécessaire) de la courbe des lames ( ajustement en hauteur des roues avant et arrière par rapport au châssis).

Amusant : sans être vraiment fonctionnels, les amortisseurs ont une certaine élasticité. Il faut dire que contrairement à la Mancelle, les lames ne sont pas soudées entre elles !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image


fabrication et montage des amortisseurs à l'arrière


Cette fois le support est taillé "dans la masse" pour obtenir le décalage avec le longeron.
Les plus grandes lames se terminent à plat vers l'arrière : une cale permettra de rattraper la différence de hauteur avec l'amortisseur d'extrémité qui se fixe au milieu de la traverse arrière.
Au milieu des lames arrière, un rond de laiton de 8 percé à 6 de longueur 14. Il permet le passage de l'essieu arrière sans le toucher pour éliminer les frottement.
Cliquez pour agrandir l'image
les éléments et l'assemblage
Cliquez pour agrandir l'image
bloquer la vis et couper
Cliquez pour agrandir l'image

à l'avant : support de la chaudière et du brûleur et soutien pour le capot


Si le premier support est fixe, le second sera mobile pour pouvoir "glisser" la chaudière. A cet effet, il faut se fabriquer une vis à tête bloquante que l'on manipulera et serrera par le dessous.

Finalement, un seul support de brûleur suffit ...Les pattes en cuivre recuit se replieront facilement pour le bloquer. 
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
les ailes

Elles sont en cuivre de 0.5 mais le laiton fera très bien l'affaire. Ne pas recuire pour garder l'élasticité.

J'ai essayé de respecter la forme de ceux de l'Alcyon. Au départ, je pensais les souder sur le châssis mais je me suis dit que j'en viendrai peut-être à vouloir modifier leur forme. Aussi elles restent amovibles.

C'est l'élasticité qui les maintient en place ... pour l'instant ! On verra quand ça roulera ...
Cliquez pour agrandir l'imageUn petit truc pour découper de la tôle fine avec une scie à main. Tracer et placer une règle (plat de laiton de 2 d'épaisseur) sur le trait puis serrer fortement ... Il n'y a plus qu'à ... suivre !
Cliquez pour agrandir l'image
plus long mais presque aussi bien qu'à la cisaille d'établi !
Cliquez pour agrandir l'image
Pour trouver la bonne courbe, placer un cure-dents dans le trou arrière et un bois de la bonne épaisseur (distance entre pneu et aile) sur les deux roues. Faites un tour à la cuisine et finissez le pot de cornichons ou de confiture pour en faire un gabarit. Le cuivre non recuit se courbe assez facilement et, en allant doucement, on obtiendra une jolie forme.
Cliquez pour agrandir l'image

Soudure des supports.

Il faut maintenir le premier support (le droit) avec des pinces avant de passer au second dont on aura bien repéré l'angle formé avec le longeron : placer dans le trou du longeron, pincer en place , retirer puis souder.
 
Cliquez pour agrandir l'image
C'est en place ...
provisoirement.
Cliquez pour agrandir l'image

la direction


Ici, j'ai essayé d'affiner ce que j'avais fait, au pif, pour la Taravana.

Pour que les roues se mettent en bonne position, JEANTAUD s'était aperçu qu'il fallait, en ligne droite, que les prolongements des 2 leviers de fusée se rejoignent au milieu de l'essieu arrière.

Ce qui est valable pour des petits angles de bracages inférieurs à 25 / 30 °. On s'en contentera !

Un site parmi bien d'autres traitant de l'épure de Jeantaud (en fait il s'agit de taper tout simplement "épure de jeantaud" dans le moteur de recherche) :
http://tpmaint.free.fr/dosliaison/liaiepuredirct.htm
Cliquez pour agrandir l'imageEn appliquant ce principe, voici ce qu'on obtient avec la voiturette.
En effectuant le même tracé que l'épure de Jantaud, on détermine l'angle formé par les biellettes, soit environ 85 °.
Toutes les biellettes sont en rond de laiton de diamètre 2 : aplatir une ou deux extrémités et percer à 1.8. Il faut recuire le laiton avant.

Si on veut placer la tôle protectrice au-dessous du châssis, il faudra plier les biellettes à la demande pour que ça ne touche pas.


Pour le montage sur le servo, revoir la description pour la Taravana (tôle de 0.5 et domino permettant à la tige principale de coulisser; vis placée vers l'extérieur).

Pour les pivots, faute de jolies petites choses qu'on trouve en aéromodélisme, des vis de 1.6 et tous les "étages"  séparés par une petite rondelle en téflon de 0.2 ou 0.25 ce qui fait qu'on peut serrer modérément.

Bout de gaine électrique entré à force pour empêcher le desserrage.
Cliquez pour agrandir l'image
volant et colonne de direction
Cliquez pour agrandir l'image
Vue de l'ensemble

face avant inférieure et manivelle, tôle de protection

Cliquez pour agrandir l'image
Il ne reste plus qu'à passer à l'étape suivante... c'est à dire prévoir la mise en route du moteur.

D'abord, petite étude de faisabilité : il faut que l'arbre entraînant la manivelle ne touche pas le support du gicleur de gaz et, ça passe !

Il ne faudra pas pousser la voiturette pour la mettre en mouvement : un coup de manivelle et c'est parti. Essai fait en présentant simplement un pignon devant la couronne dentée et en le faisant tourner  avec les doigts.

Il faut dire que le moteur répond à la première sollicitation. Pour le rappel du pignon après la mise en route, un petit système de rappel (ressort) est prévu ...
Cliquez pour agrandir l'image
1 - partie avant .
Même procédé que pour obtenir les fonds : une forme en alu aux dimensions intérieures, du cuivre de 1 d'épaisseur découpé à 4 mm de plus, serrage dans l'étau et serre-joint pour bien plaqué la tôle, martelage ... Deux recuits suffisent.
Cliquez pour agrandir l'image

2 - l'ensemble du système.
La manivelle avec un tube facilitant la rotation ; axe en laiton de diamètre 3 ( pour réduire l'espace entre l'axe et le porte-gicleur) ; petit tube de 3 x 4 soudé pour entrer dans le trou de 4 percé dans le support avant ; système à ressort pour le rappel du pignon ; guide en alu avec "haricot" pour le guidage et le positionnement de la tige : pignon meccano pour l'entraînement de la couronne.
Cliquez pour agrandir l'image
principe de fonctionnement :
Une fois fixé sous le châssis, le ressort, attaché sur une équerre, tend la tige de la manivelle en dehors de la couronne. On poussera du doigt la tige de laiton , guidée également par l'équerre, qui va déplacer le pignon et venir l'engrener dans la couronne. Un ou plusieurs coups de manivelle (ça ne démarrait pas au premier coup ces belles machines !). Il n'y a plus qu'à arrêter la pression sur cette tige et le pignon reprendra sa place ...
Je me suis mis en tête de réaliser le cache en tôle qui devait dissimuler les organes du moteur. Pas trop difficile mais encore une ou deux heures à cogiter.
Il faut que cette tôle, solidaire de la partie avant, se glisse sous les organes de direction et sous le brûleur, avec une forme légèrement tronconique, et en laissant passer le servo et le bas de la tige du volant ! ! !
Un gabarit s'impose, et les dimensions que je donne ne sont pas farfelues mais approximatives.
Il faudra glisser l'ensemble entre le brûleur et les biellettes ...


Utilisation de tôle de laiton de 0.2 qu'on soudera à l'étain en coinçant cette tôle entre le gabarit qui a servi à façonner la partie avant (voir ci-dessus : manivelle) et cette partie avant : pencher légèrement la tôle en arrière.
Cliquez pour agrandir l'imageLa tôle protectrice : une fois soudée sur la face avant, elle doit coulisser. C'est son élasticité (ne pas la recuire) qui la fera tenir en place vers l'arrière ... Je n'ai pas cherché plus loin ! Attention, cotes approximatives - faire un gabarit. Découpe aux ciseaux
Pour qu'elle glisse, il faudra revoir les biellettes et les former à la pince.

La manivelle et le poussoir ; sans difficultés. Petit tube de laiton pour faire plus vrai !

Le support de poussoir : j'ai dû le refaire car il se trouvait derrière le servo !

La tirette devra coulisser facilement et le ressort devra rappeler franchement la tige de la manivelle.
Cliquez pour agrandir l'image
pas trop mal le gabarit !
Cliquez pour agrandir l'image
montage pour la soudure
Cliquez pour agrandir l'image
ensemble terminé avec le gabarit

le groupe de chauffe : la mini-chaudière et son brûleur, le réservoir de gaz et sa vanne 


Cliquez pour agrandir l'image



La description de la fabrication de la chaudière et de ses accessoires, du réservoir de gaz et du brûleur se trouve dans l'album "mini-chaudières"
mini-chaudières - 2 -
Montage sur la platine
:
Cliquez pour agrandir l'image
ensemble vue de dessus ...
Cliquez pour agrandir l'image
... et de profil.
Cliquez pour agrandir l'image

le groupe propulseur : moteur et réducteur

Après la chaudière, ce fut le deuxième plan étudié : implantation et fonctionnement.
Composition :
. moteur monocylindre de 1 cm3 , oscillant double effet. Sur le palier une couronne dentée est accouplée au volant. L'idée est de faire démarrer ce moteur à la manivelle ... !
. groupe réducteur (1/14) construit avec des pignons récupérés sur un moteur de barbecue. L'idée est, à l'aide d'un servo, d'obtenir l'embrayage, la marche avant et la marche arrière ...!

Des idées qui me trottaient dans la tête et qui peuvent être mises en application.

Il est vrai qu'il était plus facile d'installer un oscillant bi-cylindre donnant d'emblée toutes ces fonctions. Si mon projet ne se concrétise pas, j'en reviendrai à cette solution ...mais ce sera moins gratifiant. 
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'imageUne petite idée du système .

A noter qu'il ne servira que pour les essais car, à la fin de cette construction une inquiétude : le dernier pignon est censé entraîner un pignon identique sur l'arbre arrière mais, le module (0.5) est faible et le moindre écart réduira à néant tout le système - on ne le voit pas sur cette face du "châssis", mais les trous de fixation du moteur et du réducteur sont des boutonnières permettant un ajustement longitudinal -.

Inquiétude éliminée en refaisant un ensemble comportant déjà ce pignon, pignon qui entraînera directement les roues arrières (montage sur roulement) et plus rien à craindre d'un écartement intempestif ...Y' avait qu'à ...
conception et réalisation du moteur et de son réducteur

Les essais du groupe propulseur

Le moteur a répondu à la première sollicitation (c'est l'occasion de le roder à la vapeur !) et le réducteur également. Un démarrage sans problème à 1 bar et une suite stabilisée à 0.5 bar ... ce qui laisse bien préjuger des possibilités de la mini-chaudière.
On obtient ainsi (seconde idée) l'embrayage, la marche avant et la marche arrière, avec, ce qui ne gâte rien, un joli bruit de moteur "thermique", bruit probablement dû aux pignons qui ronronnent ...
Il ne reste plus qu'à passer à l'étape suivante... dans la foulée, c'est à dire la mise en route du moteur.

la fin du stress !



Pas toujours évident de se lancer dans ce type de construction sans savoir ce que ça donnera.

Depuis ce matin, le 5/10/2009, je suis fixé :
. l'ensemble "chauffe" fonctionne bien à part un léger problème : je pensais avoir trop ouvert la vanne de gaz (grande flamme jaune), alors que c'était la bague du porte-gicleur qui avait glissé et bouchait les trous du porte-gicleur ! Petite vis de serrage à ajouter !
. la chaudière monte en pression en moins de 4 minutes et alimente correctement le moteur qui démarre à la manivelle (mettre l'inverseur-réducteur en position de débrayage !) à un peu plus d'1 bar; la pression se stabilise ensuite à un peu moins d'1 bar
. une fois l'expérience renouvelée 3 fois, démontage complet des "ensembles" sans problème.

La roue qui tourne mal sur la vidéo ? Le "pneu" n'est pas enfoncé correctement sur sa jante !





équipement extérieur

Elle comprendra le capot avec sa calandre, la planche de bord et le plancher, la caisse, les sièges et, peut-être, la capote ...

capot et calandre

Pour le capot, on se confectionnera un gabarit recouvrant les deux support de chaudière. Si on ajoute un peu de longueur, le capot sera plus arrondi .
On le découpe ensuite dans du laiton de 0.2 aux ciseaux. Pour les ouïes latérales, un petit trou (et non deux comme j'ai fait) de 0.8, sciage et on repousse vers l'extérieur.
Cliquez pour agrandir l'image
Soudure de trois ronds de 2 : espacement identique aux trous prévus dans la platine.
Cliquez pour agrandir l'image
Pas si évident, il faut s'y reprendre à plusieurs reprises.
Cliquez pour agrandir l'image
On peut aussi souder un rond de 2 avec rainures pour simuler la charnière.
Cliquez pour agrandir l'image
peinture rouge en bombe "spéciale barbecue"
Cliquez pour agrandir l'imagePour la calandre, un gabarit s'impose : il est dessiné une fois le capot en place.

La partie principale est découpée dans une tôle de 1 mm d'épaisseur de même que la bande qui va la ceindre et qui fait 6.5 de large (découpe comme pour les ailes).

Un montage "olé-olé" pour la brasure et ... ça se soude à toute vitesse !
Cliquez pour agrandir l'image
Pas trop mal réussi ... Fera mieux la prochaine fois !

La brasure permettra, tout au moins je l'espère, d'obtenir un polissage sans traces blanchâtres laissées par l'étain. De plus, on n'est pas loin de la chaudière ...
Cliquez pour agrandir l'image
5 ronds de 2 en laiton sont rajoutés à l'intérieur
et la soupape est en place
Cliquez pour agrandir l'image

la caisse

Une petite étude de formes pour commencer : il faut pouvoir installer le pack de piles, son interrupteur et les raccords ainsi que le récepteur. Il faut se ménager un accès facile pour atteindre la vanne-vapeur.(voir petite amélioration lors du montage)

Les piles seront placées sur le capot du coffre arrière dans ce qui devra ressembler à une malle. Un docteur doit bien prendre des vacances de temps en temps !

Fabriquée en contreplaqué, il sera nécessaire, avant de peindre, d'enduire entièrement (enduit tout prêt) et de poncer très finement si on ne veut plus voir apparaître les fibres du bois.
Cliquez pour agrandir l'image
A part le capot de la "malle" en 0.6 mm, le ctp utilisé fait 1.5 d'épaisseur. Collage à la colle de menuisier avec des renforts dans les coins.

Une petite platine pour recevoir le récepteur. Le mien, taille normale, une fois en place faisait que les broches des servos venaient se cogner sur la commande du servo du réducteur. Il m'a fallu ajouter une "rallonge" qui peut figurer une boîte à outils ! Cet inconvénient ne devrait pas exister si on monte un récepteur plus miniaturisé.
La platine est à 10 du châssis. Cote à vérifier avant collage. Un trou permettra de fixer la caisse en utilisant le 3ème filetage du bâti du moteur : emplacement à déterminer.(voir amélioration lors du montage)

La caisse doit venir se placer entre les longerons latéraux et le longeron arrière : petites entailles pour le passage des têtes de vis.

Le couvercle en deux partie (charnière en toile) recevra à l'avant les sièges et à l'arrière des baguettes permettant d'y placer la "malle". Sur le pourtour du couvercle et à l'intérieur des baguettes 3 x 3 pour obtenir l'étanchéité et un certain serrage.

les sièges et la capote

Ce sont des sièges "baquets" et à voir leur largeur, on se dit qu'il ne fallait pas être trop épais pour s'y installer !
La capote sera réalisée en toile collée sur du carton léger.
Description dans l'album :
aménagements divers

les servos

Ils sont au nombre de 2 (minis servos Robbe compatibles avec Futuba)
Cliquez pour agrandir l'image
Principe de fixation : des vis de 3 traversent un tube de diamètre 5 pour venir se visser dans la platine.
A l'arrière, ils sont plus cours qu'à l'avant (2 rondelles pour éviter de coincer le câble).
Cliquez pour agrandir l'image
Pour le servo du réducteur, il faut faire le réglage en dégageant la valve de purge. Un plat de 4 x 05 que l'on tord assure une bonne rigidité.
2 vis M 2 soudées à chaque extrémité avec un demi -domino pour la fixation.
Cliquez pour agrandir l'image
Servo de direction sur lequel on vissera le guide prévu.
Pour ne pas flotter, le câble pourra se coincer entre la platine et le tube d'arrivée de gaz.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image


Sur la photo de gauche, on voit bien la vis qui va bloquer la caisse (petite amélioration lors du remontage) et la rallonge nécessaire ; sur la seconde, le récepteur est en place et les broches et leur câbles ne touchent pas le réducteur ; sur la troisième, tout est dans la "boîte" !

accessoires : trompe, manettes, lanternes

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
la trompe : poire en bois, tube de 3 et de 4, fixation sur le tube du volant par un "huit" pris dans du 1 x 2, pavillon obtenu en évasant sur un boulon la partie mâle d'une attache (recuire).
les manettes : découpe des secteurs dans du laiton de 1 d'épaisseur; au montage de petites entretoises.
Je me suis planté, aussi seul le trou près du marche-pieds prévu sur le longeron sera utilisé pour la fixation. De ce fait, redécouper le secteur intérieur pour qu'il vienne le tangenter : l'épaisseur de la tête d'écrou servant d'axe sera ainsi compensée !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
les lanternes. Elles sont taillées dans la masse à partir d'un carré de 10 (bague fendue pour le maintien). Percer à 6 sur 6 de profondeur plus un trou M 2 pour la fixation.
Petit disque de papier blanc dans le fond et disque de 7 en plexi sur le devant (repercer à 7 sur 0.5).
Cliquez pour agrandir l'image

le montage ou plutôt le remontage de la partie mécanique

Un pas à pas car ce n'est pas toujours évident .
Le châssis sera peint après la pose de la tôle de dessous. Toutes les autres éléments seront placés une fois peints.
Cliquez pour agrandir l'image
Placer la tôle de protection par le dessous après avoir fixé le support de chaudière avant sinon ce sera difficile de maintenir les écrous.
Cliquez pour agrandir l'image
Placer le support de brûleur et fixer par des vis M 2 la face avant bien perpendiculaire (petits écrous intermédiaires nécessaires). La tôle se coincera par élasticité et sous les deux boulons des supports de suspension. Mise en peinture à la bombe (noir pour radiateur).
Cliquez pour agrandir l'image
Commencer par la vanne de gaz : pas facile de la visser en position si on ne s'aide pas d'une épingle placée dans un des deux trous.
Cliquez pour agrandir l'image
Insérer le réservoir gaz et  le relier à la vanne.
Cliquez pour agrandir l'image
Monter le brûleur et vérifier le fonctionnement et  l'absence de fuites (vanne, raccords); pas de chapeau sur les orifices du réservoir pour y passer la flamme du briquet !
Cliquez pour agrandir l'image
Monter la manivelle et son système : bien vérifier le fonctionnement et notamment la force du ressort de rappel (ça ne doit pas toucher le porte-gicleur). 
Cliquez pour agrandir l'image
Un bout de ressort en compression est ajouté entre la face avant et la manivelle pour assurer une bonne rotation et un bon positionnement. 
Cliquez pour agrandir l'image
Montage de l'axe des roues motrices. Les roulements ont été placés, la tige de 3 enfilée en plaçant le pignon et une bague en téflon dont l'épaisseur permettra l'alignement avec le pignon du réducteur. 
Cliquez pour agrandir l'image
Montage des servos. Ici le servo de direction monté au dessous : deux entretoises en laiton (tube) permettent le blocage sur le châssis par une vis  les traversant. Idem pour le servo commandant le réducteur, mais au dessus du châssis.
Cliquez pour agrandir l'image
Montage du moteur et du réducteur que l'on a assemblé.
Cliquez pour agrandir l'image
Une vue de dessous pour montrer l'alignement des deus derniers pignons. En jouant avec les boutonnières, la fixation de l'ensemble moteur-réducteur permet de rapprocher au mieux ces pignons.
Cliquez pour agrandir l'image
Remontage des biellettes de direction en commençant par les fusées. Vérifier après le montage dans le servo le débattement.
Cliquez pour agrandir l'image
Pour remonter la chaudière, il faut placer le support arrière en le laissant assez libre : pas de blocage de la vis.
Cliquez pour agrandir l'image
On glisse la chaudière de biais pour que le graisseur passe au milieu du support, on présente la raccord face à celui du moteur et on baisse. Plus qu'à bien positionner dans les deux supports et serrer la vis allongée.



Un petit essai s'impose !



Un peu fatigué de me traîner à terre, j'ai construit vite fait ce bricolage qui ne tourne pas vraiment rond faute de roulements mais qui permet quand même de voir comment la voiturette se comporte. Il est vrai qu'elle tourne beaucoup mieux à terre, mais impossible à filmer en n'ayant que deux mains et deux yeux !

La bonne marche dépendra de plusieurs choses :
. l'axe des roues doit tourner parfaitement dans les roulements
. le pignon de cet axe devra être bloqué sérieusement : j'ai ajouté une petite saignée où l'une des vis vient se bloquer
. le pignon de l'axe et le dernier pignon du réducteur ne doivent pas être trop serrés l'un contre l'autre, à régler avec les boutonnières

Bien pratique le petit chemin de roulage ... 
Cliquez pour agrandir l'image
On peut passer au volant : glisser la tige dans le support qui a été vissé, placer la bague de la tige d'entraînement et enfin la bague supérieure.
Cliquez pour agrandir l'image
Le plancher (en bois, il sera refait en laiton).
Gabarit nécessaire. On peut réduire l'ouverture pour le graisseur en changeant le bouchon.
D'abord fabriqué en ctp de 0.6, je vais le reprendre en laiton ...
Cliquez pour agrandir l'image
Il faut glisser le plancher avant de placer le volant : le plancher est maintenu en place par une vis M3 qui passe à travers la platine et vient se tourner dans le premier trou de fixation du moteur.
Cliquez pour agrandir l'image
Une dernière amélioration pour la fixation de la caisse. Avec ce petit truc, on est assuré d'un bon serrage du bâti-moteur sur la platine !
Cliquez pour agrandir l'image
Ce n'était pas la dernière amélioration car en voici une autre : la bague de positionnement en hauteur de l'axe du volant est percée pour recevoir un petit ergot soudé sur le tube et ... tout tourne en même temps.
Pas très logique mais mieux qu'une corne qui se promène où elle veut !

et ..., et ... c'est terminé !

un dernier essai pour vérifier le fonctionnement de la radio ...

... et on prend la route en oubliant d'inverser les commandes ... permis à repasser !
et encore le rire de ma fille !!!
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Un dernier petit truc : on sort la voiture de l'atelier, on fait les pleins, on démarre le moteur, on pose le petit bijou et ... ça ne roule plus ! Grosse déception ! Retour à l'atelier, démontage, réglages et ... il s'agissait tout simplement de revoir la position des trims.
Le montage de l'inverseur est ajusté avec les trims et, il suffit de les bouger en rangeant la radio pour que ...


Pour ceux qui veulent concevoir leur propre véhicule, deux documents à télécharger :
. construction d'un véhicule à vapeur : théorie
. mémento et méthode pour l'établissement d'un bilan thermique


Cet album a servi de base à un article paru dans l'Escarbille n° 118 de mars 2010 .



Une heureuse surprise en ouvrant mon courrier, la découverte de la construction d'une voiturette par Jacques NOEL, une réalisation terminée maintenant.

Jacques me signale un défaut : la voiturette roule trop vite ...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

.

Une autre construction pour cette voiturette, celle de Michel SOULABAIL qui a installé un autre moteur : bi-cylindre à double effet ...

Avec,le top du top, une capote fonctionnelle !
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
train avant
Cliquez pour agrandir l'image
chaudière
Cliquez pour agrandir l'image
les dessous de l'Alcyon
Cliquez pour agrandir l'image
moteur définitif

.

album terminé ...

Des erreurs ? Des commentaires ? Des questions ?  ...  écrivez-moi


Copyright (C) 2008-2018 Tous droits réservés.albums mis à jour le : jeudi 13 décembre 2018